Dernière lettre de Choderlos de Laclos à Napoléon Bonaparte

1

min

laclosbonapart

Voilà ce qui m'occupe dans ce moment où tout va finir pour moi.

Choderlos de Laclos, né le 18 octobre 1741, a choqué la société de son temps, et particulièrement la noblesse, avec son chef-d’œuvre, Les Liaisons dangereuses. Ce roman épistolaire paraît en 1782, peu avant la Révolution. Il marque une forme de revanche face aux humiliations que Laclos, militaire de formation, estime avoir subies de la part des nobles, mais aussi des femmes. Cependant, contrairement au personnage de Valmont, qui est l’archétype du séducteur sans pitié, Laclos est un époux fidèle et un père aimant. Dans cette lettre testamentaire qu’il adresse au Premier Consul Napoléon Bonaparte, il se préoccupe essentiellement du bonheur de sa famille.

A-A+

2 septembre 1803

Général Premier Consul,

Je profite de quelques instants qui me restent encore à vivre, pour dicter les derniers voeux de mon cœur. Je désire, Général Premier Consul, qu’ils vous soient connus.

Le bonheur de ma patrie, le succès de vos armes, le sort de ma malheureuse famille, voilà ce qui m’occupe dans ce moment où tout va finir pour moi.

La triste position de mon épouse et de mes trois enfants, que je laisse absolument sans ressources, m’afflige ; mais l’espoir dans lequel je suis, que vous les secourrez, me fait mourir plus tranquille.

Cette consolante idée, qui me ranime un instant en ce moment, me donne encore la force de vous assurer de toute la sincérité du dévouement et de l’admiration que j’ai eus, et que je conserverai pour vous, jusqu’à mon dernier soupir.

J’ai l’honneur de vous saluer très respectueusement.

Laclos.

( Laclos, Œuvres Complètes, Gallimard, 1979 ) - (Source image : Laclos by H. Rousseau (graphic designer), E.Thomas (engraver), © Wikimedia Commons / Bonaparte at the Bridge of Arcole 1796/11/17 by Antoine-Jean Gros, Château de Versailles, © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :