Lettre de Victor Hugo à M. Heurtelou, rédacteur en chef du Progrès

2

min

chaines-L-g8SsXD-660x473

La même flamme est dans l’homme.

Si l’esclavage est reconnu comme un « crime contre l’humanité » depuis 2001, des esprits visionnaires et avancés se sont insurgés contre cette réalité terrible. Ainsi, en 1860, Victor Hugo défend la cause abolitionniste et prend la défense de John Brown, un Blanc qui fut pendu pour avoir encouragé la révolte des noirs.

A-A+

Le 1 mars 1860

Vous êtes, monsieur, un noble échantillon de cette humanité noire si longtemps opprimée et méconnue.

D’un bout à l’autre de la terre, la même flamme est dans l’homme; et les noirs comme vous le prouvent. Y a-t-il eu plusieurs Adam ? Les naturalistes peuvent discuter la question ; mais ce qui est certain, c’est qu’il n’y a qu’un Dieu.

Puisqu’il n’y a qu’un père, nous sommes frères. C’est pour cette vérité que John Brown est mort; c’est pour cette vérité que je lutte. Vous m’en remerciez, et je ne saurais vous dire combien vos belles paroles me touchent.

Il n’y a sur la terre ni blancs ni noirs, il y a des esprits ; vous en êtes un. Devant Dieu, toutes les âmes sont blanches.

J’aime votre pays, votre race, votre liberté, votre révolution, votre république. Votre île magnifique et douce plaît à cette heure aux âmes libres ; elle vient de donner un grand exemple ; elle a brisé le despotisme.
Elle nous aidera à briser l’esclavage.

Car la servitude, sous toutes ses formes, disparaîtra. Ce que les États du Sud viennent de tuer, ce n’est pas John Brown, c’est l’esclavage.

Dès aujourd’hui, l’Union américaine peut, quoi qu’en dise le honteux message du président Buchanan, être considérée comme rompue. Je le regrette profondément, mais cela est désormais fatal ; entre le Sud et le Nord, il y a le gibet de Brown.

La solidarité n’est pas possible. Un tel crime ne se porte pas à deux. Ce crime, continuez de le flétrir, et continuez de consolider votre généreuse révolution.

Poursuivez votre œuvre, vous et vos dignes concitoyens. Haïti est maintenant une lumière. Il est beau que parmi les flambeaux du progrès, éclairant la route des hommes, on en voie un tenu par la main d’un nègre.

Votre frère,
VICTOR HUGO.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :

13 commentaires

  1. Gilles Théberge

    Il ne se présente plus comme tel, mais le fait d’asservir les êtres humains en priorité à des impératifs économiques et financiers qui profitent essentiellement au petit nombre, n’est-ce pas une manière subtile mais bien réelle de perpétuer l’esclavage à notre époque…?! Les ateliers de misère, nommées « Sweatshop », qu’est-ce que vous pensez que c’est…?

    Il faudrait que Hugo revienne et reprenne sa lettre ce qui est impossible. Mais il y a nous qui pouvons le faire maintenant…

    • Marcelle Chery

      Drole interpretation Monsieur. On juge les autres d’après soi, il est dit. Pas besoin d’être noir pour s’attendre a des dus. Des enfants dont les parents ont travaillé dur pour se tailler un nom et une situation financière, parfois agissent en petit bourgeois et utilisent leur nom de famille pour usurper ce qu’ils prétendent leur sont dus. Ils s’abstiennent de travailler et forcent leurs parents à leur donner leur part « d’héritage », sans gêne, ni honte. Ils falsifient des papiers pour s’ériger en propriétaires de bien mal acquis. Ces enfants ne sont pas toujours des noirs. Je ne sais si vous avez déjà dédommagé quelqu’un; un tel acte laisse une saveur de liberté et de conscience nette.

  2. Norame Eneil

    J’ai toujours dit que le monde n’est ni noir ni blanc, le monde est noir et blanc. Car, tous habitants et petits passagers de la terre, rascistes ou pas, tout se passera au file de l’histoire comme nous mais les couleurs demeureront toujours jusqu’a ce que Dieu decide le contraire…

  3. Rose Joseph

    Aussi beau et noble soit la lutte d’ Haiti! Je m’imagine ce que dirait Victor Hugo au début du 21ieme siècle … En observant l’état actuel du pays….??????

  4. Coles

    « Haiti est maintenant une lumiere… Il est beau que parmi I les flam beaux des hommes,l’un soit porte par la main d’un negre »… Il fallait s’appeller Victor Hugo pour oser presenter un tel homage a un noir de cette St-Domingue Bonnie,ayant servi la cause abolitionniste et en plus faisant l’apologie d’un John Brown,villipende dans le Sud des Etats-Unis pour avoir defendu la cause esclavagiste ! Nous revetons tous cette aureole que le grand Victor Hugo place sur M.Hertelou,un de nos grands compatriotes qui ont su epouser une cause et la defendre…. Haiti aura paye tres cher et continue a subir encore l’effet de la clarte de ce flambeau qui a allume tant de revolutions a travers le monde!

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.