Lettre de Cécile Volanges au Chevalier Danceny

2

min

Sans titre

Enfin, Monsieur, je consens à vous écrire, à vous assurer de mon amitié, de mon amour, puisque, sans cela, vous seriez malheureux.

Choderlos de Laclos (18 octobre 1741 – le 5 septembre 1803), militaire et écrivain, est l’auteur de Les liaisons dangereuses en 1782, roman qui relate le duel pervers de deux nobles manipulateurs et libertins, œuvre centrale du genre épistolaire et amoureux : les correspondances croisées y bâtissent un drame parfait en quatre étapes. Dans cette lettre, Cécile Volanges déclare sa flamme au Chevalier Danceny, dont elle tombe amoureuse en sortant du couvent alors qu’elle est promise à un autre : l’intrigue est servie!

A-A+

Enfin, Monsieur, je consens à vous écrire, à vous assurer de mon amitié, de mon amour, puisque, sans cela, vous seriez malheureux. Vous dites que je n’ai pas bon cœur ; je vous assure bien que vous vous trompez, et j’espère qu’à présent vous n’en doutez plus. Si vous avez du chagrin de ce que je ne vous écrivais pas, croyez-vous que ça ne me faisait pas de la peine aussi ? Mais c’est que, pour toute chose au monde, je ne voudrais pas faire quelque chose qui fût mal ; et même je ne serais sûrement pas convenue de mon amour, si j’avais pu m’en empêcher : mais votre tristesse me faisait trop de peine. J’espère qu’à présent vous n’en aurez plus, et que nous allons être bien heureux.

Je compte avoir le plaisir de vous voir ce soir, et que vous viendrez de bonne heure ; ce ne sera jamais aussi tôt que je le désire. Maman soupe chez elle, et je crois qu’elle vous proposera d’y rester : j’espère que vous ne serez pas engagé comme avant-hier. C’était donc bien agréable, le souper où vous alliez ? car vous y avez été de bien bonne heure. Mais enfin ne parlons pas de ça : à présent que vous savez que je vous aime, j’espère que vous resterez avec moi le plus longtemps que vous pourrez ; car je ne suis contente que lorsque je suis avec vous, et je voudrais bien que vous fussiez tout de même.

Je suis bien fâchée que vous êtes encore tristes à présent, mais ce n’est pas ma faute. Je demanderai à jouer de la harpe aussitôt que vous serez arrivé, afin que vous ayez ma lettre tout de suite. Je ne peux mieux faire.

Adieu, Monsieur. Je vous aime bien, de tout mon cœur ; plus je vous le dis, plus je suis contente ; j’espère que vous le serez aussi.

( Choderlos de Laclos, Les liaisons dangereuses, Folio. Image : Charles Monnet — Liaisons Dangereuses, Londres [i.e. Paris], 1796 )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :