Lettre d’Anaïs Nin à Eduardo Sanchez

3

min

nin

C'est un signe que l'amour est mort.

Si certains aiment surnommer AnaÏs Nin la « dévoreuse d’intellectuels », c’est bien parce que l’écrivaine transgressive n’a à rougir de rien ni de personne. Pour elle, la liberté résonne à coup de pouvoir. Sans vraiment se l’approprier, elle renverse les codes et schémas classiques pour révolutionner la sphère de l’intime. Tous et toutes passent dans les bras de la belle, même son cousin Eduardo, venu en France pour se soigner de son homosexualité sous les ordres de son père. Echec, l’orientation sexuelle de l’homme ne changera pas, pas même pour les beaux yeux de l’auteure de la Vénus Erotica.

A-A+

[Sans date]

Examinons notre relation présente avec objectivité : entre nous la guerre est déclarée. Nous nous haïssons cordialement. Nous nous haïssons parce que nos façons de sentir et d’agir sont diamétralement opposées. Jusqu’à maintenant, nous avions commis l’erreur d’être tendres l’un envers l’autre, à cause de notre besoin d’amour.

Je n’avais pas la force de t’effacer de ma vie, alors que biologiquement, planétairement, émotionnellement, métaphysiquement, psychologiquement, j’aurais dû le faire. Tu aurais dû haïr ma positivité, mon absolutisme, ma sensualité, tout comme je hais ta passivité, ta spiritualité, ta négativité.

En tant qu’honnêtes adversaires nous sommes plus forts et plus sains que comme amis. Je veux que tu m’effaces de ta vie. Mon intervention d’hier soir fut la dernière et elle n’était pas due à l’affection mais à la haine : j’aurais souhaité que l’homme que j’ai aimé fut autrement. C’est de l’égoïsme, pas de l’amour. C’est un signe que l’amour est mort. Nous sommes tous deux assez forts pour nous passer de cette habitude de tendresse que nous avions gardée entre nous.

Ce n’était qu’une habitude, comme les liens du mariage. Il y avait longtemps que la vraie signification de la tendresse était morte. Il y avait longtemps que la vraie signification de la tendresse était morte.

L’autre soir, nous avons été tous les deux assez courageux pour le reconnaître. J’ai vu de la haine dans tes yeux, lorsque tu as constaté encore une fois une preuve de mon pouvoir (sur Ana Maria), et tu as pu lire du mépris dans les miens, lorsque tu as parlé de la « bonne société » dans le but d’insulter mes amis si merveilleux (oh ! grands dieux ! quelle maigre injure ; ne pouvais-tu pas trouver quelque chose de plus gros ?). Je suppose que tu aurais empêché Ana Maria de rencontrer D.H. Lawrence, fils de mineur ?

Et peut-être seras-tu surpris un jour de me voir épouser le fils d’un tailleur, parce qu’il a du génie et des couilles.

Aujourd’hui, Mars est en ascendant. Pour toi, il ne s’agit que d’une nébulosité atmosphérique mentale de plus ; pour moi, c’est la poursuite d’une expérience passionnée, qu’il agisse d’amour ou de haine.

( Anaïs Nin, Inceste, Journal inédit et non expurgé des amants : 1932 - 1934, Livre de Poche ) - (Source image : Wikipedia)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre d’Anaïs Nin à Henry Miller : « J’ai des bouffées d’amour qui m’étouffent la nuit. »

Lettre d’Anaïs Nin à Henry Miller : « Le thermomètre va exploser. »

Lettre d’Anaïs Nin à Antonin Artaud : « Le toi qui fait presque mal. »

les articles similaires :