Lettre d’August Strinberg à une jeune actrice

2

min

AugustStrindberg

Sur la scène, la parole articulée est tout — ou presque !

DesLettres vous propose de (re)découvrir August Strindberg, un écrivain, dramaturge et peintre suédois. Il occupe une place de premier plan dans le paysage littéraire suédois et voyage beaucoup, notamment à Paris, à la fin du siècle. Ses pièces comme Mademoiselle Julie ou Le Pélican ont fait de lui l’un des pères du théâtre moderne.
Dans la lettre suivante, il s’adresse à une jeune actrice suédoise, Svea Åhman, avide de conseils pour briller sur les planches.

A-A+

2 février 1908

Mademoiselle Svea Åhman,

Je vous remercie et je me réjouis de votre succès. Toutefois, en tant qu’auteur je crois mieux savoir ce que veut dire le rôle ! et la pièce !

Pour l’avenir et le succès de votre talent :

  • ne jouez pas trop ! Notre petite scène ne le permet pas et elle n’en a pas besoin !
  • évitez le gros rire ! Une personne cultivée sourit, un rustre s’esclaffe !

Soyez simple, mais pas vulgaire ;

  • avare de gestes et de grimaces !

Parlez lentement, avec une émotion contenue, afin de laisser la parole vivre — et agir ;

  • éviter le staccato, les aboiements et le ton hargneux !

Sur la scène, la parole articulée est tout — ou presque ! Rentrez dans le rôle, mais également dans l’ambiance particulière à chaque scène où vous faites votre apparition ;

  • c’est pourquoi il est conseillé d’écouter depuis les coulisses les répliques échangées sur le plateau, pour saisir l’ambiance et le ton, au lieu de faire son entrée venant directement de sa loge, en bavardant au passage.

Si à l’avenir (puisque je n’ai pas vu Le Pélican) vous vouliez prendre note de ces petites remarques, je vous en serais

doublement reconnaissant
August Strindberg

strindberg tome 3

( August Strinberg, Correspondance - Tome 3 (1894-1912), choix, présentation et traduction du suédois par Elena Balzamo, Paris, Zulma, 2012 ) - (Source image : August Strindberg (1902 ?) par Herman Anderson (détail) © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

Lettre de Lou Andreas-Salomé à Rainer Maria Rilke : « Maintenant seulement je puis être ce que d’autres sont à 18 ans : entièrement moi-même. »

Lettre de Nietzsche à Cosima Wagner : « Vous, la femme la plus vénérée de mon cœur. »

Lettre de R. M. Rilke à Lou Andreas-Salomé : « Tu donnes des désirs solaires à mes rouges crépuscules. »

les articles similaires :