Lettre de Cavanna aux culs-bénits

3

min

1024px-François_Cavanna

Le vingt-et-unième siècle sera un siècle de persécutions et de bûchers.

Écrivain, dessinateur et journaliste trouble-fête, François Cavanna s’est éteint mercredi 29 janvier 2014 à l’âge de 90 ans. Il était la figure de proue d’une génération et d’un journalisme provocateurs, subversif et irrévérencieux, de Hara Kiri à Charlie Hebdo. Hommage au maître disparu : cette « Lettre ouverte aux culs-bénits », publiée il y a vingt ans, n’a pas pris une ride.

A-A+

Lecteur, avant tout, je te dois un aveu. Le titre de ce livre est un attrape-couillon. Cette « lettre ouverte » ne s’adresse pas aux culs-bénits. […]

Les culs-bénits sont imperméables, inoxydables, inexpugnables, murés une fois pour toutes dans ce qu’il est convenu d’appeler leur « foi ». Arguments ou sarcasmes, rien ne les atteint, ils ont rencontré Dieu, il l’ont touché du doigt. Amen. Jetons-les aux lions, ils aiment ça.

Ce n’est donc pas à eux, brebis bêlantes ou sombres fanatiques, que je m’adresse ici, mais bien à vous, mes chers mécréants, si dénigrés, si méprisés en cette merdeuse fin de siècle où le groin de l’imbécillité triomphante envahit tout, où la curaille universelle, quelle que soit sa couleur, quels que soient les salamalecs de son rituel, revient en force partout dans le monde. […]

Ô vous, les mécréants, les athées, les impies, les libres penseurs, vous les sceptiques sereins qu’écœure l’épaisse ragougnasse de toutes les prêtrailles, vous qui n’avez besoin ni de petit Jésus, ni de père Noël, ni d’Allah au blanc turban, ni de Yahvé au noir sourcil, ni de dalaï-lama si touchant dans son torchon jaune, ni de grotte de Lourdes, ni de messe en rock, vous qui ricanez de l’astrologie crapuleuse comme des sectes « fraternellement » esclavagistes, vous qui savez que le progrès peut exister, qu’il est dans l’usage de notre raison et nulle part ailleurs, vous, mes frères en incroyance fertile, ne soyez pas aussi discrets, aussi timides, aussi résignés!

Ne soyez pas là, bras ballants, navrés mais sans ressort, à contempler la hideuse résurrection des monstres du vieux marécage qu’on avait bien cru en train de crever de leur belle mort.

Vous qui savez que la question de l’existence d’un dieu et celle de notre raison d’être ici-bas ne sont que les reflets de notre peur de mourir, du refus de notre insignifiance, et ne peuvent susciter que des réponses illusoires, tour à tour consolatrices et terrifiantes,

Vous qui n’admettez pas que des gourous tiarés ou enturbannés imposent leurs conceptions délirantes et, dès qu’ils le peuvent, leur intransigeance tyrannique à des foules fanatisées ou résignées,

Vous qui voyez la laïcité et donc la démocratie reculer d’année en année, victimes tout autant de l’indifférence des foules que du dynamisme conquérant des culs-bénits […]

À l’heure où fleurit l’obscurantisme né de l’insuffisance ou de la timidité de l’école publique, empêtrée dans une conception trop timorée de la laïcité,

Sachons au moins nous reconnaître entre nous, ne nous laissons pas submerger, écrivons, « causons dans le poste », éduquons nos gosses, saisissons toutes les occasions de sauver de la bêtise et du conformisme ceux qui peuvent être sauvés ! […]

Simplement, en cette veille d’un siècle que les ressasseurs de mots d’auteur pour salons et vernissages se plaisent à prédire « mystique », je m’adresse à vous, incroyants, et surtout à vous, enfants d’incroyants élevés à l’écart de ces mômeries et qui ne soupçonnez pas ce que peuvent être le frisson religieux, la tentation de la réponse automatique à tout, le délicieux abandon du doute inconfortable pour la certitude assénée, et, par-dessus tout, le rassurant conformisme.
Dieu est à la mode. Raison de plus pour le laisser aux abrutis qui la suivent. […]

Un climat d’intolérance, de fanatisme, de dictature théocratique s’installe et fait tache d’huile. L’intégrisme musulman a donné le « la », mais d’autres extrémismes religieux piaffent et brûlent de suivre son exemple. Demain, catholiques, orthodoxes et autres variétés chrétiennes instaureront la terreur pieuse partout où ils dominent. Les Juifs en feront autant en Israël.

Il suffit pour cela que des groupes ultra-nationalistes, et donc s’appuyant sur les ultra-croyants, accèdent au pouvoir. Ce qui n’est nullement improbable, étant donné l’état de déliquescence accélérée des démocraties. Le vingt-et-unième siècle sera un siècle de persécutions et de bûchers. […]

( François Cavanna, Lettre ouverte aux culs-bénits, Albin Michel, 1994. )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre d’Amadou Hampâté Bâ à la Jeunesse : « Soyez au service de la vie. »

Lettre d’Emile Zola à la Jeunesse : « Où allez-vous, jeunes gens ? — Nous allons à l’humanité, à la vérité, à la justice ! »

Lettre ouverte de Corbier sur Cabu : « Comment peut-on se faire assassiner pour avoir fait un dessin ? »

les articles similaires :

11 commentaires

  1. Jean Cathelin

    Ah, qu’il me plait toujours autant de lire les « libres penseurs », qui sont libres que de leurs certitudes, lorsqu’ils éructent ainsi !

    Permettez, cher Jean-Marie, que je m’adresse à vous via l’au-delà. Vous qui vous posiez tant que question sur Dieu, voilà maintenant que vous avez une réponse…

    Il est amusant de voir que lorsque les athées sont majoritaires c’est la victoire de la raison, alors, qu’à l’inverse, lorsque les croyants sont majoritaires c’est le retour de l’obscurantisme, cherchez l’erreur. Pourquoi pensez vous que les historiens pro-républicains ont surnommé le XVIIIème siècle celui des lumières ? Parce que l’on nomme toujours un évènement à l’inverse de ce qu’il est dans tout bon système propagandiste.

    Si les croyants sont majoritaires, c’est qu’il doit y avoir une raison.

    Laissez moi vous narrer une petite aventure. J’étais, il y a quelques mois, à une conférence donné par une association de libre penseur sur la « création ». J’aime ces moments où il est si facile de les prendre en défaut quand vient le temps des questions. Étant un fait que l’intelligence ne peut être créée par le néant, étant un fait que l’entropie est nécessaire au maintien de tout système dont l’univers, l’interlocuteur concluait son introduction, résigné, honteux, que le hasard ne pouvait être source de la création, et il enchaînait heureux, sur la notion de multivers, dernière invention en date des athées pour expliquer, de façon maladroite certes, notre univers. Je ne détaillerai pas ici ce concept fumeux, je vous laisse le soin de le découvrir du haut de votre éternité. Bref, l’athéisme ne tient pas bien longtemps face à la logique et aux sciences, ou alors il faut admettre qu’un ordinateur, système complexe, peut s’auto-générer, autrement dit du néant peut naitre l’intelligence.

    Les XIX, et XXème ont été particulièrement athées, qu’avons nous gagné ? Le communisme, le nazisme, l’islamisme…
    Vous, je vous mets dans le panier cher Jean-Marie, avez créé les conditions d’un nihilisme hyper-libérale qui nous a amené là où nous en sommes. Et vous avez le culot de venir mélanger les torchons avec les serviettes, autrement dit les Chrétiens que vous haïssez, et les musulmans que vous avez si longtemps chéris comme tout gauchiste qui se respecte, sur le principe du « les ennemis de mes ennemis sont mes amis ».

    Les cul-bénits ont choisi le chemin le plus dur, celui de suivre la doctrine du Christ, celui d’étudier et d’enseigner, celui de se remettre en question si souvent, celui d’aimer ses ennemis !

    Un conseil, pour finir, méfiez-vous bien de l’islam, leur prophète a dit avoir vu un ange de lumière lui dicter le Coran. Pour un athée cela ne veut rien dire, pour un croyant le porteur de lumière est bien connu. Ceci explique peut être cela.

    Le cul-bénit que je suis vous salue et vous assure de ses prières, dont vous avez grand besoin maintenant que vous connaissez la vérité.

  2. coudtus52@gmail.com

    Le cul-bénit que tu es, Cathelin, donneur de leçon de vérité, car toi, forcément tu la connais « La » Vérité…

    J’ai entendu ce genre de profondes stupidités qui m’ont troublées et déstabilisées toute mon enfance et une partie de mon adolescence, dans la bouche de curés névrosés…
    Et j’ai mis des années à me relever et à me reconstruire, grâce à des humains dignes de ce nom « Humain », comme Fançois Cavanna, des êtres sensibles qui ne mâchent pas leurs mots mais qui avec l’humour et souvent la dérision permettent l’accés à la réflexion, à notre condition, à la façon de briser nos chaînes, à la découverte d’un monde meilleur. …

    Tu es complice des Calotins malhonnêtes qui ont commis de multiples atrocités, qui ont fait couler le sang pendant des siècles et sur la terre entière, au nom d’un dieu que vous avez créé pour en faire une Illusion groupale qui est devenu une névrose obsessionnelle collective.

    Votre but est toujours de prendre le pouvoir pour établir une « Vérité », la votre, la théocratie, qui est commune à toutes les religions. La loi de quelques élites religieuses pour réduire et s’approprier toute l’humanité avec pour outils les « doctrines » et les « croyances », en modifiant et en paralysant le libre arbitre… quelle saloperie !!!

    Ce n’est certainement pas tes mensonges qui vont éclairer les humains… Ce ne sont pas tes supercheries religieuses qui aideront les femmes et les hommes à découvrir la spiritualité sensible et le vivre ensemble.

    Tu es complice des ennemis du bien et tu freines l’évolution de la condition des humains sur terre…

    Je ne te salue pas, Cathelin, je n’ai pas de compassion pour toi car tu construis la bêtise, pourtant je te souhaite de sortir de ta névrose… La psychiatrie existe pour ça… Dis toi aussi que nous sommes nombreux et vigilants et que nous ne laisserons pas faire ….

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.