Lettre de Charles Baudelaire à Félicien Rops

1

min

Capture d’écran 2017-12-18 à 3.58.59 PM

J'avais juré cette année de protester, par une vigoureuse abstention, contre l'usage des cartes du jour de l'an.

Une courte lettre de Charles Baudelaire (1821-1867), le génial créateur des Fleurs du Mal, à l’audacieux peintre et illustrateur Félicien Rops (1833-1898) évoquant le malaise vertigineux du jeu des cartes de voeux innombrables à envoyer pendant le mois de janvier. Les deux artistes, tout deux aussi impertinents que talentueux s’écrivaient également dans le but d’une collaboration. Le jour de l’An aura laissé une trace humoristique dans leur correspondance.

A-A+

Mon cher Rops, j’avais juré cette année de protester, par une vigoureuse abstention, contre l’usage des cartes du jour de l’an et vous êtes déjà le second ami, aujourd’hui, qui m’oblige à me contredire.

Avez-vous donc besoin de ma carte pour deviner que je ne vous oublie pas et que je désire pour vous mille prospérités ?

Présentez, je vous prie, mes respects bien affectueux à votre père et à Mme Rops.

En voyant votre nom, j’ai d’abord supposé que vous étiez à Bruxelles. Mais je suis parvenue à déchiffrer le timbre Namur.

Qu’est devenue la Danse macabre ?

Tout à vous.

CH. BAUDELAIRE

( )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :