Lettre de Charles Baudelaire à Victor Hugo

3

min

baudelairehugo

Je vous aime comme j'aime vos livres.

Charles Baudelaire (9 avril 1821 – 31 août 1867), « dante d’une époque déchue » selon les termes de Barbey d’Aurevilly, occupe une place prestigieuse parmi les poètes français, signant un chef-d’œuvre qu’il aura bâtie une vie durant et qui n’aura de cesse d’inspirer les générations futures : Les Fleurs du mal . Ce chantre de la modernité était aussi un visionnaire qui avait la capacité de reconnaître les génies de son époque : après Delacroix et Edgar Poe, Baudelaire s’incline et consacre Victor Hugo, alors qu’il n’a que 19 ans. Cette lettre demeure aujourd’hui comme le témoignage d’une admiration sans faille d’un jeune écrivain face à un monstre de la littérature.

A-A+

25 février 1840

Monsieur,

Il y a quelques temps, je vis représenter Marion de Lorme ; la beauté de ce drame m’a tellement enchanté et m’a rendu si heureux que je désire vivement connaître l’auteur et le remercier de près. Je suis encore un écolier et je commets peut-être une impertinence sans exemple ; mais j’ignore tout à fait les convenances de ce monde et j’ai pensé que cela vous rendrait indulgent à mon égard. — Les éloges et les remerciements d’un étudiant doivent peu vous toucher, après ceux que vous ont prodigués tant d’hommes de goût. Vous vous êtes sans doute montré à tant de gens que vous devez peu vous soucier d’attirer près de vous un nouvel importun — Pourtant, si vous saviez combien notre amour, à nous autres jeunes gens, est sincère et vrai — il me semble, (peut-être est-ce bien de l’orgueil) que je comprends tous vos ouvrages.

Je vous aime comme j’aime vos livres ; je vous crois bon et généreux, parce que vous avez entrepris plusieurs réhabilitations, parce que loin de céder à l’opinion, vous l’avez souvent réformée, fièrement et dignement. J’imagine qu’auprès de vous, Monsieur, j’apprendrai une foule de choses bonnes et grandes ; je vous aime comme on aime un héros, un livre, comme on aime purement et sans intérêt toute belle chose. Je suis peut-être bien hardi de vous envoyer bon gré mal gré ces éloges par la poste ; mais je voudrais vous dire vivement, simplement, combien je vous aime et je vous admire, et je tremble d’être ridicule. Cependant, Monsieur, puisque vous avez été jeune, vous devez comprendre cet amour que nous donne un livre pour son auteur, et ce besoin qui nous prend de le remercier de vive voix et de lui baiser humblement les mains ; à dix-neuf ans, eussiez-vous hésité à en écrire autant à un écrivain dont votre âme eût été éprise, à M. de Chateaubriand par exemple ? Tout cela n’est pas assez bien dit, et je pense mieux que ma lettre ; mais j’espère qu’ayant été jeune comme nous, vous devinerez tout le reste, qu’une démarche si nouvelle, si inusitée ne vous choquera pas trop ; et que vous daignerez m’honorer d’une réponse : je vous avoue que je l’attends avec une impatience extrême.

Que vous ayez ou non cette bonté, recevez le témoignage d’une reconnaissance éternelle.

CH. BAUDELAIRE

( Baudelaire, correspondance ; Folio classique ) - (Source image : wikipédia)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Paul Verlaine à Victor Hugo : « Pardonnez-moi si je prends la liberté de vous dédier ces vers. »

Lettre de Gustave Flaubert à Victor Hugo : « Monsieur, vous avez été dans ma vie une obsession charmante. »

Lettre de Flaubert à Baudelaire : « Vous êtes résistant comme le marbre et pénétrant comme un brouillard d’Angleterre. »

les articles similaires :