Lettre de Charles Baudelaire à Théophile Gautier

1

min

baudelaire

Ne crois pas que je sois assez perdu, assez indigne du nom du poète pour m’imaginer que ces fleurs maladives méritent ton noble patronage.

Charles Baudelaire, « Dante d’une époque déchue » selon les termes de Barbey d’Aurevilly occupe une place prestigieuse parmi les poètes français, en ayant signé un chef-d’œuvre qu’il aura bâti une vie durant et qui n’aura de cesse d’inspirer les générations futures : Les Fleurs du mal. Voici la lettre dédicace accompagnant Les Fleurs du mal qu’il envoya à son ami Théophile Gautier.

A-A+

À mon très cher et très vénéré maître et ami Théophile Gautier

Bien que je te prie de servir de parrain aux Fleurs du mal, ne crois pas que je sois assez perdu, assez indigne du nom de poète pour m’imaginer que ces fleurs maladives méritent ton noble patronage. Je sais que dans les régions éthérées de la véritable Poésie, le Mal n’est pas, non plus que le Bien, et que ce misérable dictionnaire de mélancolie et de crime peut légitimer les réactions de la morale comme le blasphémateur confirme la Religion. Mais j’ai voulu, autant qu’il était en moi, en espérant mieux peut-être rendre un hommage profond à l’auteur d’Albertus, de La Comédie de la Mort et d’Espana, au poète impeccable, au magicien ès langue française, dont je me déclare, avec autant d’orgueil que d’humilité, le plus dévoué, le plus respectueux et le plus jaloux des disciples.

Charles Baudelaire

( Baudelaire, Oeuvres complètes, T.O, bibliothèque de la pléiade. )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :