Lettre de Clementine Churchill au rédacteur en chef du Times

1

min

Clementine_Churchill_1915

J’en suis venue à la conclusion qu’il faudrait se débarrasser des femmes.

Les suffragettes britanniques s’organisent pour défendre le droit de vote des femmes dès 1903 au Royaume-Uni. Elles obtiennent gain de cause en 1918, après une lutte acharnée, dont nous avons un aperçu ici. Clementine Churchill (1885-1977) répond à une lettre adressée au Times par un scientifique, qui milite pour que les femmes ne soient pas autorisées à donner leur avis sur la vie politique. Dans cette lettre sarcastique et ironique, Clémentine Churchill balaie d’un revers de main les arguments fallacieux avancés par Sir Wright.

A-A+

30 mars 1912

Monsieur,

Après avoir lu l’exposé important et primordial de Sir Almroth Wright sur les femmes telles qu’il les connaît, la question n’est plus « Les femmes devraient-elles voter ? » mais « Les femmes ne méritent-elles pas d’être supprimées dans leur ensemble ? ».

J’ai été si impressionnée par l’exposé de Sir Almroth Wright, appuyé comme il est sur tant d’expériences scientifique et personnelle, que j’en suis venue à la conclusion qu’il faudrait se débarrasser des femmes.

Il nous apprend que dans leur jeunesse, elles ne sont pas équilibrées, que de temps en temps elles souffrent de déraison et d’hypersensibilité, et que leur présence déconcentre et agace les hommes dans leur vie et activités quotidiennes. Si elles choisissent une profession, l’indélicatesse de leur esprit en fait des partenaires indésirables pour leurs collègues masculins. Plus tard dans leur vie elles sont sujettes à de graves désordres mentaux sur le long terme, et, si elles ne sont pas tout à fait folles, il faut en faire taire beaucoup d’entre elles.

Donc puisque c’est comme ça, le monde ne serait-il pas beaucoup plus heureux et meilleur si seulement il pouvait être purgé des femmes ? C’est le moment de se tourner vers les grands scientifiques. Le cas est-il vraiment sans espoir ? Il ne fait pas de doute que les femmes ont eu leur utilité dans le passé, sinon comment cette détestable tribu aurait-elle été tolérée jusqu’à aujourd’hui ? Mais est-il certain qu’elles seront indispensables dans le futur ? La science ne peut-elle pas nous donner quelque assurance, ou au moins quelque lueur d’espoir, que nous sommes à l’aube de la plus grande découverte de toutes – i. e., comment préserver une race de mâles par des moyens purement scientifiques ?

Et ne pourrions-nous pas nous tourner vers Sir Almroth Wright afin qu’il couronne ses nombreux accomplissements en délivrant l’humanité de l’espèce parasitaire, ubuesque et immorale qui a infesté le monde depuis si longtemps ?

Cordialement,

C.S.C.

(« Une des Condamnées »)

( http://www.lettersofnote.com/2012/05/ought-women-not-to-be-abolished.html ) - (Source image : Clementine Churchill en 1915, Library of Congress © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction

Lettre de Winston Churchill à Clementine Churchill : « Tu dis que j’ai enrichi ta vie. »

Lettre de Björk sur le sexisme dans la musique : « Si on ne s’ouvre pas la poitrine pour saigner sur les hommes et les enfants de nos vies, on trompe notre public. »

Lettre d’Anne Hidalgo au Maire du Plessis-Robinson : « Chronique du sexisme ordinaire. »

les articles similaires :