Lettre de George Sand à Alfred de Musset

1

min

Sans titre

Je vous prouverai que je suis la femme la plus profonde comme la plus étroite

Les ardeurs inavouables mais confessées d’Aurore Dupin, alias George Sand (1er juillet 1804 –  8 juin 1876) à l’enfant terrible du romantisme, Alfred de Musset (11 décembre 1810 – 2 mai 1857) composent, en les lisant une ligne sur deux, la lettre érotique la plus scandaleuse et connue au monde. Trop beau pour être vrai, cet emblème épistolaire d’Eros est en réalité un faux, un canular écrit par des amis de la grande écrivaine à sa mort.

A-A+

Fin du 19e siècle

Je suis très émue de vous dire que j’ai

bien compris l’autre soir que vous aviez

toujours une envie folle de me faire

danser. Je garde le souvenir de votre

baiser et je voudrais bien que ce soit

là une preuve que je puisse être aimée

par vous. Je suis prête à vous montrer mon

affection toute désintéressée et sans cal-

cul, et si vous voulez me voir aussi

vous dévoiler sans artifice mon âme

toute nue, venez me faire une visite.

Nous causerons en amis, franchement.

Je vous prouverai que je suis la femme

sincère, capable de vous offrir l’affection

la plus profonde comme la plus étroite

en amitié, en un mot la meilleure preuve

dont vous puissiez rêver, puisque votre

âme est libre. Pensez que la solitude où j’ha-

bite est bien longue, bien dure et souvent

difficile. Ainsi en y songeant j’ai l’âme

grosse. Accourrez donc vite et venez me la

faire oublier par l’amour où je veux me

mettre.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :