Lettre de Georges Méliès à Carl Vincent

2

min

George Méliès large

J’ai conservé tout mon calme, toute mon énergie, et toute la dignité que j’ai toujours montrée.

Georges Méliès (8 décembre 1861 – 21 janvier 1938) est l’un des pionniers du cinéma, l’inventeur des premiers trucages cinématographiques, du premier studio français et le réalisateur du mythique Voyage sur la lune (1902). Malgré cette glorieuse contribution à l’histoire du septième art, il connaît une fin tragique, tiraillé par la misère, comme en témoigne cette lettre poignante d’un homme désespéré.

A-A+

27 juin 1932

Paris, le 27 juin 1932

Cher Monsieur,

Mr Druhot, rédacteur en chef de Ciné-Journal, me communique votre article du 24 courant dans L’Indépendance belge. Permettez-moi de vous remercier de l’intérêt que vous avez bien voulu prendre à la situation actuelle d’un des plus anciens pionniers du Cinéma. Certes, je suis très fier du titre de « premier cinéaste » qui m’est décerné, ainsi que de ceux de « Jules Verne du Cinéma » et de « créateur du spectacle cinématographique », qui m’ont été donnés publiquement dans nombre de banquets et cérémonies par Mr Lumière en personne. C’est lui-même qui m’a remis, en présence du ministre de l’instruction publique, les insignes de la Légion d’honneur et, à chaque occasion, de nombreux orateurs rappellent « les immenses services rendus à l’industrie cinématographique par Georges Méliès, auquel les grandes firmes cinématographiques doivent leur fortune ». Tout cela est bel et bon. En attendant, ruiné par la guerre et une suite invraisemblable de fatalités auxquelles je ne pouvais absolument rien opposer, malgré une lutte opiniâtre et sans faiblesse, je suis dans une situation très pénible à mon âge (soixante et onze ans), car je tiens un kiosque de jouets dans la gare Montparnasse, à Paris (depuis dix ans), où j’ai grand peine à assurer mon existence, celle de ma femme, et celle de ma petite-fille âgée de neuf ans, que j’ai recueillie après la mort prématurée, survenue à quarante-deux ans, de ma fille aînée.

Jamais un jour de repos, en plein air par tous les temps, hiver comme été, tenu prisonnier quinze heures par jour, même les dimanches et fêtes ; jamais libre avant 10 heures du soir, ne pouvant ni sortir, ni assister à aucun spectacle, sans chauffage l’hiver dans une boutique ouverte à tous les vents, vous vous rendez compte de ma vie, je pense. Certes ce n’est pas gai. De plus la gare est mauvaise, on n’y travaille guère qu’en juillet et août, saison des bains de mer en Bretagne ; bref, dans l’ensemble, on gagne juste de quoi ne pas mourir de faim. Cette année, avec la crise, cela devient terrible. Tout cela est fort pénible, mais, croyez bien que j’ai conservé tout mon calme, toute mon énergie, et toute la dignité que j’ai toujours montrée. Je n’ai rien d’un « clochard », ni les apparences d’un miséreux. Je souffre en silence, voilà tout.

On a, en effet, parlé souvent de me constituer une rente, à l’instar de ce que les Américains ont fait pour LeRoy et Lauste, mais ceci est toujours resté à l’état de promesse. Enfin, on semble vouloir s’en occuper prochainement. Il serait temps, car je suis bien fatigué, quoique très vert encore, par cette existence de prisonnier, je dirais presque de « mollusque », moi qui ai toujours été, et suis encore, l’activité même. Espérons que cette fois, je pourrai, sous peu, reconquérir mon ancienne liberté.

Merci encore, et cordialement vôtre.

G. Méliès

( http://www.fondationlaposte.org/article.php3?id_article=1630 ) - (Source image : Photographie de Georges Méliès, auteur inconnu (détail) / (appli) image tirée du film Le Voyage dans la lune (19032© domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Jeanne Moreau à Orson Welles : « Chasseur chassé dans votre recherche sans fin, où êtes-vous ? »

Lettre de Jean Renoir à Robert Hakim : « Je vais indiquer et tenter d’expliquer les grandes lignes selon lesquelles nous pourrions établir un scénario de Madame Bovary. »

Lettre de Walt Disney : « Les femmes ne font pas de travail créatif. »

les articles similaires :