Lettre de J.R.R. Tolkien à un éditeur allemand

2

min

tolkienlarge

Je ne suis pas d'origine aryenne.

Le premier livre de Tolkien, Bilbo le Hobbit, paraît en 1937, dans une Europe en proie à la montée de l’antisémitisme. Suite au succès commercial rapide de Bilbo, la maison d’édition berlinoise Rütten & Loening se montre intéressée pour en acquérir les droits étrangers. Mais l’éditeurs doit composer avec les lois très strictes du Troisième Reich, et demande à Tolkien de prouver son « ascendance aryenne ». Voici la réponse d’un auteur qui n’hésite pas à créer des fresques romanesques amples et complexes, mais qui est plutôt direct quand il s’agit de défendre des convictions humanistes.
(En réalité, Tolkien transmit à son propre éditeur, Unwin, deux versions de cette lettre : ce fut la plus policée qui arriva dans les bureaux de Rütten & Loening.)

A-A+

25 juillet 1938

20 Northmoor Road, Oxford

Cher Monsieur,

Merci pour votre lettre. Je suis désolé de ne pas être tout à fait au point avec ce que vous entendez par aryen. Je ne suis pas d’origine aryenne : cela signifie indo-iranien, et pour autant que je sache, aucun de mes ancêtres ne parlait hindoustani, persan, romani ou une langue apparentée. Mais, si je dois comprendre que vous cherchez à savoir si je suis d’origine juive, je peux seulement vous répondre que je regrette de n’avoir aucun ancêtre qui appartienne à ce peuple talentueux. Mon arrière-arrière-grand-père est arrivé en Angleterre au dix-huitième siècle. Il venait d’Allemagne. Depuis, la plus grande partie de mon arbre généalogique est purement anglaise, et je suis moi-même un sujet anglais, ce qui devrait suffire.

J’ai néanmoins pris l’habitude de porter fièrement mon nom à consonance germanique, et j’ai continué à le faire tout au long de la dernière guerre, guerre fort regrettable au cours de laquelle j’ai servi dans l’armée britannique. Cependant, je ne peux m’abstenir de penser que si des requêtes de cette sorte, présomptueuses et déplacées, doivent devenir la règle en matière de littérature, c’est qu’il n’est pas très loin, le moment où porter un nom allemand ne sera plus une source de fierté.

Il ne fait aucun doute que vous menez cette enquête pour être en conformité avec les lois de votre pays, mais la décision d’étendre cette enquête aux citoyens d’un autre État serait bien malséante, y compris au cas où cela aurait (et cela n’a pas) la moindre incidence sur les mérites de mon travail ou sa solidité pour la publication, ce qui semble d’ailleurs vous avoir plu sans qu’il n’y ait eu besoin de faire référence à mon Abstammung (lignage).

J’espère que cette réponse vous donnera satisfaction, et vous prie de croire en mes sentiments les meilleurs.

J.R.R. Tolkien

( http://www.openculture.com/2014/04/j-r-r-tolkien-snubs-a-german-publisher.html / traduction DesLettres © ) - (Source image : https://www.flickr.com/photos/galaxyfm/247842722)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

Lettre de Primo Levi à son traducteur allemand Heinz Riedt : « Je n’ai jamais nourri de haine à l’égard du peuple allemand. »

Lettre d’Albert Camus à un ami allemand : « J’ai choisi la justice au contraire, pour rester fidèle à la terre. »