Lettre de James Joyce à Nora Barnacle

2

min

joycelarge

Je lècherai de plus en plus vite comme un chien affamé jusqu’à ce que ton con soit une masse de bave.

James Joyce (2 février 1882 – 13 janvier 1941), écrivain canonique du XXème siècle, auteur des prouesses littéraires Ulysse et Finnegan’s Wake, oscillait dans ses lettres à Nora, sa femme et muse absolue, du sacré et des serments éternels aux aveux les plus crus, choquants et impudiques. Rarement dans l’histoire littéraire une rencontre amoureuse a éveillé de tels fantasmes à mi-chemin entre l’adoration religieuse et l’obscénité. À l’âge de 27 ans, le 8 décembre 1909, soit cinq ans après sa rencontre avec Nora, le poète irlandais expédie depuis Dublin cette lettre à sa douce : souvenir d’une nuit folle, prélude des nuits à venir.

A-A+

8 décembre 1909

Ma douce petite putain de Nora,

J’ai fait ce que tu m’avais prescrit, vilaine petite fille, et me suis astiqué deux fois pendant que je lisais ta lettre. Je suis enchanté de savoir que tu aimes être baisée par le cul. Oui, maintenant je me souviens de cette nuit où je t’ai baisée si longtemps par derrière. Jamais je ne t’ai baisée aussi salement, mon amour. Mon dard était planté en toi pendant des heures, allant et venant sous ta croupe retroussée. Je sentais tes fesses grasses et moites sous mon ventre, et je voyais ton visage rouge et tes yeux déments. A chaque fois que je te pénétrais, ta langue sortait effrontément d’entre tes lèvres, et si je te pénétrais plus fort et plus profond que d’habitude, de gros pets sales sortaient en crépitant de ton derrière. Tu avais un cul plein de pets cette nuit mon amour, et je t’en ai vidé en te baisant, des gros et gras sympathiques, de longs venteux, de simples petits craquements rapides, et beaucoup de vilains petits pets minuscules s’achevant par un long souffle de ton trou. C’est merveilleux de baiser une femme qui pète quand chaque coup de reins lui en fait sortir un. Je crois que je reconnaîtrais les pets de Nora en tous lieux. Je crois que je pourrais les distinguer dans une pièce pleine de femmes qui pètent. Ils ressemblent à un bruit de petite fille, et non aux pets humides et venteux dont j’imagine que les grasses épouses sont capables. Ils sont soudains, secs et sales comme ceux qu’une fillette insolente lâcherait la nuit pour rire dans le dortoir d’un pensionnat. Je souhaite que Nora ne cesse jamais de me péter à la face pour que je puisse connaître toujours leur odeur.

Tu dis que lorsque je reviendrai tu me suceras et tu veux que je lèche ton con, petite canaille dépravée. J’espère que tu me surprendras une fois tout habillé pendant mon sommeil, que tu te glisseras au-dessus de moi avec, dans tes yeux endormis, une lueur libertine, que tu déferas doucement, bouton après bouton, la braguette de mon pantalon, et que tu prendras délicatement la queue de ton amant, puis que tu la goberas dans ta bouche humide et la suceras avidement jusqu’à ce qu’elle devienne plus grosse et plus dure et que j’éjacule dans ta bouche. Une fois également je te surprendrai pendant que tu dormiras, je soulèverai tes jupes et je relèverai doucement tes dessous brûlants, puis je m’allongerai lentement à côté de toi et je commencerai à te lécher autour de ta motte en prenant mon temps. Tu commenceras à remuer et à t’agiter, puis je lècherai les lèvres de ta chatte mon amour. Tu commenceras à grogner et à grommeler, à soupirer et à péter de désir dans ton sommeil. Alors je lècherai de plus en plus vite comme un chien affamé jusqu’à ce que ton con soit une masse de bave et que ton corps se torde sauvagement.

Bonne nuit, ma petite Nora péteuse, mon sale petit oiseau baiseur ! Il y a un joli mot, mon amour, que tu as souligné pour me faire mieux m’astiquer. Écris-moi encore sur ce sujet et sur toi, tendrement, et plus salement, plus salement.

JIM

( James Joyce, Letters of James Joyce, Faber and Faber. Image : Wikipédia )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre d’Henry Miller à Anaïs Nin : « Les jambes serrées. Fragilité. Docilité d’oiseau. »

Lettre d’Apollinaire à Lou : « Si tu savais comme j’ai envie de faire l’amour, c’est inimaginable. »

Lettre de Sacher-Masoch à Wanda : « En ce qui concerne le fouet, je vous demande un fouet véritable, comme on en emploie pour les chiens. »

les articles similaires :