Lettre de Joséphine à Napoléon

1

min

La dissolution de mon mariage ne changera rien aux sentiments de mon coeur.

Le destin de l’Empereur et de la scandaleuse antillaise paraissait scellé ad vitam aeternam mais la raison d’Etat eut raison de cette union sacrée. Malgré toute sa flamme, Napoléon était empereur avant d’être homme et le 15 décembre 1809, Joséphine demandait le divorce : son infertilité l’écartait du trône. Elle avait trouvé une rivale qui sut la terrasser : la descendance impériale.

A-A+

Le 15 décembre 1809.

Avec la permission de notre auguste et cher époux, je dois déclarer que, ne conservant aucun espoir d’avoir des enfants qui puissent satisfaire les besoins de sa politique et l’intérêt de la France, je me plais à lui donner la plus grande preuve d’attachement et de dévouement qui ait jamais été donnée sur la terre. Je tiens tout de ses bontés ; c’est sa main qui m’a couronnée, et du haut de ce trône, je n’ai reçu que des témoignages d’affection et d’amour du peuple français.

Je crois reconnaître tous ces sentiments en consentant à la dissolution d’un mariage qui désormais est un obstacle au bien de la France, qui la prive du bonheur d’être un jour gouvernée par les descendants d’un grand homme si évidemment suscité par la Providence pour effacer les maux d’une terrible révolution et rétablir l’autel, le trône, et l’ordre social. Mais la dissolution de mon mariage ne changera rien aux sentiments de mon cœur : l’empereur aura toujours en moi sa meilleure amie. Je sais combien cet acte commandé par la politique et par de si grands intérêts a froissé son cœur ; mais l’un et l’autre nous sommes glorieux du sacrifice que nous faisons au bien de la patrie.

JOSÉPHINE

( www.archivesnationales.culture.gouv.fr ) - (Source image : « Divorce de Napoléon et Joséphine », estampe de Bosselman gravée par Chasselat. La scène de l'évanouissement de Joséphine se déroule aux Tuileries le 30 novembre 1809, Bosselman - Chasselat, Archives Nationales de France © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Napoléon à Joséphine : « Je n’ai pas passé un jour sans t’aimer. »

Lettre de Napoléon au peuple français : « Unissez-vous tous pour le salut public, et pour rester une nation indépendante ! »

Lettre de Marie-Antoinette à Axel de Fersen : « Rien au monde ne pourra m’empêcher de vous adorer jusqu’à la mort. »

les articles similaires :

7 commentaires

  1. achille Parmentier

    .cette lettre montre surtout que Napo etait un sacré fumiste…le pretendu revolutionnaire qui se faisait couronner empereur,c’est à dire « roi des rois »…et nepotique en plus…la honte!..tiens il me rappelle un contemporain….

  2. alaoui

    L’histoire se répète t-elle? Montesquieu avait raison: Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser.Cette fâcheuse et déplorable tendance est-elle intrinsèque à la nature humaine? Napoléon n’a rien inventé,les tendances lourdes de l’ histoiresont incorruptibles. La révolution française et ses dérapages ont grandement favorisé le Bonapartisme.La 1ère guerre mondiale a produit le fascisme et le nazisme,la 2ème le stalinisme et j’en passe.

  3. Martin

    Votre réponse Monsieur Parmentier prouve avant tout que vous êtes inculte .La France actuelle repose sur les fondements de l’Empire , code civil , code pénal , conseil d’Etat , légion d’honneur et même le conseil des prud’hommes.
    Avant de parler, instruisez-vous? Dites-moi dont ce que vous pensez de nos braves généraux faisant massacrer un million et demi de pauvres types en 14-18 et du Maréchal Pétain signant les lois anti-juifs. Jolis symboles de la république française? Que pensez-vous d’un pays qui aujourd’hui se permet d’expulser 35000 famille par an sans relogement et dans le même temps loge ses élites en hlm avec vos impôts? Un peu de réflexion , s’il vous plait.

  4. claudine Fournier

    L’amour a ses raisons que la raison ignore et la soif immodérée du pouvoir conduit à bien des égarements. Joséphine s’est sacrifiée par amour de son époux et pour ce qu’elle pensait être la cause du peuple: respect à sa mémoire.

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.