Lettre de Karl Marx à Engels

2

min

UNSPECIFIED - CIRCA 1865:  Karl Marx (1818-1883), philosopher and German politician.  (Photo by Roger Viollet Collection/Getty Images)

Je me sens détruit.

Dans cette lettre à son ami le philosophe Friedrich Engels, Karl Marx (5 mai 1818 – 14 mars 1883) relaie la triste nouvelle du décès de son fils, le petit Edgar, âgé de sept ans. Le théoricien et fondateur du communisme apparaît ici sous un jour nouveau, intime et personnel. Cette adresse amicale témoigne de la fraternité profonde des deux hommes.

A-A+

12 avril 1855

Cher Engels,

Je pense revenir à Manchester avec ma femme ce mercredi ; elle doit changer d’air pour quelques jours. Je te tiens au courant le cas échéant, sinon ce sera mercredi. Je t’écris en tout cas lundi à nouveau.

Inutile de te dire que notre famille est affligée et endeuillée depuis la mort de notre cher enfant, qui en était la vie et l’âme.

Je ne peux pas t’expliquer combien cet enfant nous manque à chaque instant. Je suis déjà passé par toutes sortes de guignes ; mais c’est à cette heure seulement que je sais ce que c’est un malheur réel. Je me sens détruit. Depuis les funérailles, j’ai eu la chance d’avoir de terribles migraines qui m’empêchent de penser, d’entendre et de voir.

Au milieu de ces effroyables supplices que je dois endurer depuis peu, penser à vous et à votre amitié me réconforte, ainsi que l’espoir que nous puissions encore faire ensemble quelque chose d’important dans le monde.

( )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction

Lettre de Charles Dickens à Catherine Dickens, sa femme : « Notre petit bébé est mort. »

Lettre de Berthe Morisot à sa fille Julie : « Tu ne m’as pas causé un chagrin dans ta petite vie »

Dernière lettre d’Ernesto Guevara à ses parents : « Je vous ai tant aimés, je n’ai seulement pas su exprimer ma tendresse. »

les articles similaires :