Lettre de Marilyn Monroe à Lee et Paula Strasberg

1

min

monroe

Je suis sûre de finir folle si je reste dans ce cauchemar.

Marilyn Monroe (1er juin 1926 – 5 août 1962), véritable icône de la « pop culture » bouleverse Hollywood dans les années 1950, en jouant dans des films tels que Les hommes préfèrent les blondes ou Certains l’aiment chaud. En véritable sex-symbol, elle fait tourner de nombreuses têtes, et ce, dès 1953 lorsqu’elle pose nue pour le magazine Playboy. Au-delà des paillettes pourtant, Marilyn est une femme profondément malheureuse et déchirée. Dans cette lettre, l’actrice témoigne sur son enfermement auprès de ses amis, Lee et Paula Strasberg.

A-A+

sans date

Chers Lee et Paula,

Le Dr Kris m’a fait admettre au New York Hospital — dans la division psychiatrique et dans les mains de deux médecins idiots — aucun des deux ne devrait être mon médecin.

Je ne vous ai pas donné de nouvelles parce que j’étais enfermée avec tous ces pauvres fous. Je suis sûre de finir folle si je reste dans ce cauchemar — s’il vous plaît, Lee, aidez-moi c’est le dernier endroit où je devrais être — peut-être en appelant le Dr Kris et en l’assurant de ma bonne santé mentale et que je dois reprendre les cours de façon à être mieux préparée pour Rain.

Lee, je me souviens de ce que vous avez dit un jour en cours, que « l’art va beaucoup plus loin que la science. »

Et les souvenirs effroyables qui me hantent et que j’aimerais oublier — comme cette femme qui hurle, etc. S’il vous plaît, aidez-moi. Si le Dr Kris affirme que je suis bien là, répondez-lui que ce n’est pas le cas. Je n’appartiens pas à ici.

Je vous aime tous les deux,

Marilyn

P.S. Excusez l’écriture — et il n’y a rien sur quoi écrire ici. Je suis à l’étage dangereux !! C’est comme une cellule, si vous voyiez ça — des cubes de ciment. Ils m’ont mise là parce qu’ils m’ont menti en disant qu’ils appelleraient mon médecin et Joe et qu’ils avaient fermé la porte de la salle de bains alors j’ai cassé la vitre et en dehors de ça, j’ai toujours coopéré.

couv

( Marilyn Monroe, Fragments Poèmes, écrits intimes, lettres, traduction par Tiphaine Samoyault, Le Seuil, 2010. ) - (Source image : Marilyn Monroe in the 1957 film The Prince and the Showgirl. Milton H. Greene © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre d’Arthur Miller à Marilyn Monroe : « Je vous aime tellement que ce que vous êtes rejaillit sur moi. »

Lettre de Marilyn Monroe à Lee Strasberg : « Alors j’ai l’impression de ne plus exister du tout aux yeux de l’espèce humaine. »

Lettre de Marlon Brando à Marilyn Monroe : « Les meilleures remises en question naissent des pires crises de l’existence. »

les articles similaires :

3 commentaires

  1. mercierpennie@gmail.com

    Marilyn j espére que tu as trouvé la lumiere et que tu reposes sur une belle étoile comme toi ! que tu as trouvé enfin le bonheur ! tu as tellement souffert sur cette terre ! tu es un etre merveilleux ! on ne t oubliera jamais ! repose en paix parmi les anges comme toi ! merveilleuse Marilyn !

  2. Manie Guillon

    Ces correspondances me rappellent tellement de choses qui se sont passées à cette époque que je ne peux retenir les larmes qui coulent sur mes joues.

  3. abraspougloria@gmail.com

    Je crois qu’elle s’est laissée emporter pour la force si intense de sa beauté, sexe et tendresse en une seule femme. Avec ces vertues, M.M. aurait pû être une femme equilibré, raisonablement hereuse mais sa santé mentale était fragile et elle adorait être aimée de tout le monde. M.M. a payé une cruelle facture par manque de serenité ou d’avoir quelqun a son côté qui lui fisait de la compagnie sincère.

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.