Lettre de Maupassant à Hermine Lecomte du Noüy

1

min

maupassantgood

Ne le sentez-vous pas, autour de vous, rôder, ce désir, ce désir venu de moi qui vous cherche, ce désir qui vous implore dans le silence de la nuit ?

Guy de Maupassant ( 5 août 1850 – 6 juillet 1893), dit le « Taureau Normand », fut un séducteur accompli et fréquenta assidûment, en plus de ses conquêtes mondaines, les bordels qui croisaient sa route.  A tel point que ses relations intimes furent l’objet de spéculations et canulars. Le 25 octobre 1912, cette lettre est publiée dans la Grande Revue par une certaine « Madame X ». Certains supposent qu’il s’agit d’Hermine Lecomte de Noüy elle-même, d’autres qu’elle est une farce d’un imposteur. Le monde épistolaire a aussi ses faussaires…

A-A+

le 19 décembre 1887

Depuis hier soir, je songe à vous, éperdument.

Un désir insensé de vous revoir, de vous revoir tout de suite, là, devant moi, est entré soudain dans mon cœur. Et je voudrais passer la mer, franchir les montagnes, traverser les villes, rien que pour poser ma main sur votre épaule, pour respirer le parfum de vos cheveux.

Ne le sentez-vous pas, autour de vous, rôder, ce désir, ce désir venu de moi qui vous cherche, ce désir qui vous implore dans le silence de la nuit ? Je voudrais, surtout, revoir vos yeux, vos doux yeux. Pourquoi notre première pensée est-elle toujours pour les yeux de la femme que nous aimons ?

Comme elles nous hantent, comme elles nous rendent heureux ou malheureux, ces petites énigmes claires, impénétrables et profondes, ces petites taches bleues, noires ou vertes, qui, sans changer de forme ni de couleur, expriment tour à tour l’amour, l’indifférence et la haine, la douceur qui apaise et la terreur qui glace mieux que les paroles les plus abondantes et que les gestes les plus expressifs.

Dans quelques semaines, j’aurai quitté l’Afrique.

Je vous reverrai. Vous me rejoindrez, n’est-ce pas, mon adorée? vous me rejoindrez à …

GUY DE MAUPASSANT

( Texte: http://www.letteraturadimenticata.it/Lecomte%203.htm ) - (Source image : Guy de Maupassant par Nadar, Unknown date, Bibliothèque Nationale de Paris © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de rédaction :

Lettre fictive d’une tante à sa nièce par Maupassant : « Sais-tu d’où vient notre vraie puissance ? Du baiser, du seul baiser ! »

Lettre de Guy de Maupassant à Robert Pinchon dit La Tôque : « Mes poils du cul broussaillent, j’ai la vérole ! »

Lettre de Guy de Maupassant à Gisèle d’Estoc : « Oui, je suis faune et je le suis de la tête aux pieds ! »

les articles similaires :