Lettre de Guy de Maupassant

1

min

Maupassantlarge

C'est la mort imminente et je suis fou.

Le maître de la nouvelle, l’écrivain normand Guy de Maupassant, a vu la fin de sa vie très sérieusement perturbée par des troubles nerveux et psychiques qui lui venaient probablement d’une syphilis mal soignée. Le 31 décembre 1891, il fait ses adieux à son médecin, Henry Cazalis, avec une lettre très alarmante. Le lendemain, il commet deux tentatives de suicide : la première, avec un pistolet que son domestique avait eu le soin de décharger au préalable, la seconde avec un morceau de vitre brisée qui ne lui entaille que faiblement le cou. Il est admis quelques jours plus tard à l’hôtel de Lamballe, dans le XVIe arrondissement de Paris, la clinique psychiatrique qui avait accueilli Nerval en son temps. La lettre de suicide avorté de Maupassant devient ironiquement sa dernière lettre, puisque l’écrivain demeurera dix-huit mois à la clinique dans une inconscience presque totale, avant de s’éteindre, paralysé, le 6 juillet 1893, à seulement quarante-deux ans.

A-A+

[fin décembre 1891]

JE SUIS ABSOLUMENT PERDU. JE SUIS MÊME À L’AGONIE, j’ai un ramollissement du cerveau, venu des lavages que j’ai faits avec de l’eau salée dans mes fosses nasales. Il s’est produit dans le cerveau une fermentation de sel et toutes les nuits mon cerveau me coule par le nez et la bouche en une pâte gluante et salée dont j’emplis une cuvette entière. Voilà vingt nuits que je passe comme ça. C’est la mort imminente et je suis fou. Ma tête bat la campagne. Adieu ami, vous ne me reverrez pas…

( Maupassant, Guy de, Correspondance, éd. Jacques Suffel, Évreux, Le Cercle du bibliophile, 1973. ) - (Source image : Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Dernière lettre de Nietzsche à Jacob Burckhardt : « Ce qui est désagréable et dérange ma modestie, c’est, qu’au fond, je suis chaque nom de l’histoire »

Lettre de Gérard de Nerval à Victor Loubens : « Je me croyais Dieu moi même, et je me voyais seulement emprisonné dans une bien triste incarnation. »

Lettre d’Antonin Artaud à Jacques Rivière : « Je souffre d’une effroyable maladie de l’esprit. »

les articles similaires :