Lettre de Natalie Barney à Liane de Pougy

1

min

barneybon

Je veux nous imaginer dans cette île enchantée d'immortelles.

Natalie Barney fut l’une des plus grandes sources d’inspiration du siècle dernier. Sa liberté, sa personnalité et sa beauté ont ainsi permis a plus d’un, et d’une, de puiser dans sa vie, sa véritable oeuvre d’art, pour écrire à leurs tours les leurs. Ainsi, pour elle, Renée Vivien composa ses meilleurs poèmes, Romaine Brooks ses meilleurs portraits et Liane de Pougy son roman Idylle saphique. Sa plus belle réussite : avoir permis à l’histoire littéraire des femmes de revivre. En 1889, la danseuse et courtisane Liane de Pougy tombe nez à nez avec Natalie, alors déguisée en page florentin. Sa spontanéité et sa fraicheur font qu’elle tombera littéralement sous le charme de la femme de Lettres. Leur passion ne durera qu’une année mais ne sera pas vécue à demi-mot, bien au contraire.

A-A+

[Sans date]

Ah ! pouvoir toujours librement aimer celle qu’on aime ! Passer ma vie à tes pieds comme ces jours derniers ! Te protéger contre les satyres imaginaires pour être seule à te renverser sur ce lit de mousse. Nous y retournerions encore… et souvent, dis !

Nous nous retrouverons à Lesbos, et quand le jour s’éteindra, nous irons sous bois pour perdre les chemins conduisant à ce siècle. Je veux nous imaginer dans cette île enchantée d’immortelles. Je la vois si belle. Viens, je te décrirai ces frêles couples d’amoureuses, et nous oublierons, loin des villes et des vacarmes, tout ce qui n’est pas la Morale de la Beauté.

barneycouv

( Jean Chalon, Natalie Barney : Portrait d'une séductrice, éd. Flammarion, Paris, 1992. ) - (Source image : Natalie Barney par Frances Benjamin Powers, entre 1890 et 1910, Washington DC, Library of Congress, Prints and Photographs Division © Wikiedia Commons / Liane de Pougy, franz. Tänzerin, Aufnahme von ca. 1891/92 © Wikiedia Commons )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Renée Vivien à Natalie Clifford-Barney : « Ne te souviens de moi que rarement, comme une flamme éteinte. »

Lettre de Renée Vivien à Natalie Clifford-Barney : « On ne l’éprouve qu’une fois, ce déchirant amour… »

Lettre de Renée Vivien à Natalie Clifford Barney : « Je t’aime – pardonne-moi si je t’aime trop et si je t’aime mal. »

les articles similaires :