Lettre de Patti Smith à Mapplethorpe

1

min

Patti Smith Robert Mapplethorpe

Nous avons partagé ensemble le mystère sacré de la vie d'artiste.

En 1967, Patti Smith (née le 30 décembre 1946) déménage à New York et rencontre son « âme sœur », le photographe américain aux somptueux portraits en noir et blanc, Robert Mapplethorpe (4 novembre 1946 – 9 mars 1989). Leur relation intime et amoureuse se transforma en amitié intouchable jusqu’à leur mort. À 42 ans, les médecins découvrent que Mapplethorpe est atteint du SIDA : conscient que la fin est proche, il multiplie ses créations. Quelques jours avant sa mort, Patti Smith lui écrit cette lettre, qui reste aujourd’hui l’un des plus beaux hommages rendus à un artiste, érigeant Mapplethorpe comme une œuvre d’art en soi — la plus belle de toutes ses créations. Malheureusement, Mapplethorpe n’eut pas la chance de lire cet hommage.

A-A+

[Sans date]

Cher Robert,

Souvent lorsque je suis allongée les yeux ouverts, je me demande si toi aussi tu fais pareil. Est-ce que tu souffres, est-ce que tu te sens seul ? Tu m’as sortie de la période la plus sombre de ma jeune existence. Nous avons partagé ensemble le mystère sacré de la vie d’artiste. J’ai appris à voir à travers tes yeux et désormais, je ne compose pas une ligne, je ne dessine pas une courbe qui ne soit nourrie de la connaissance que m’a apporté le temps que nous avons passé ensemble.

Ton œuvre, qui jaillit d’une source fluide, découle du chant nu de ta jeunesse. Tu parlais alors de marcher main dans la main avec Dieu. Souviens-toi qu’envers tout, tu as toujours tenu cette main, accroche-toi à elle, Robert, ne la lâche pas.

L’autre après-midi, lorsque tu t’es endormi sur mes épaules, je me mis à dériver, moi aussi. Mais avant cela, alors que je regardais toutes tes affaires et tes œuvres et que mon esprit naviguait parmi ces nombreuses années de travaux, j’ai compris que, de toutes tes créations, tu restes la plus belle. La plus belle œuvre d’entre toutes.

Patti

justkids patti smith

( Patti Smith, Just Kids, traduit par Héloïse Esquié, Paris, Gallimard, « Folio », rééd. 2013. ) - (Source image : Patti Smith performing at Cornell University, 1978 © Creative Commons / Robert Mapplethorpe, Self-portrait (1980) : Flickr.com)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre d’Iggy Pop à une fan Laurence : « Tiens bon mon amour. »

Lettre de Jim Morrison à sa mère: « Avec amour, Jim. »

Lettre de David Bowie à sa première fan américaine : « Mon vrai nom est David Jones. »

les articles similaires :

6 commentaires

  1. Lucile

    A lire aussi : le très beau et émouvant roman de Patti Smith Just Kids, où la chanteuse/écrivaine/poétesse parle également de sa rencontre avec Mapplethrope. Roman essentiel d’une artiste à la plume délicate et sensible.

  2. Laurence Leroy

    Car chère patti tu es vivante, robert mort, en a garder que ses encre noires en sangs. Fini en âme, robert n’en a jamais connu rock, punk, nos grands plaisirs vécus et qu avance par notres secrets en notres musiques. Je ss une ancienne punk New wave de rock comme toi, patti, ms j’ai eu une hémorragie cérébrale juste à 20 ans . Donc ta vie eñ est très ouverte par ta belle voix et peintures . Dans mes peintures acryliques mes fortes couleurs s’ouvrent en ma vie.
    Si tu me reponds qq mots en mails, je t’en remercie patti Smith.
    Cocopirate

  3. osau

    Oh que dire, j’aime tant cette Dame, elle m’émeut et je suis hypnotisé par elle, sa finesse, sa musique, sa voix, je n’arrive pas à l’exprimer, elle me touche vraiment!

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.