Lettre de Paul Cézanne à Émile Bernard

2

min

louvre

Le Louvre est le livre où nous apprenons à lire

Paul Cézanne (19 janvier 1839 – 22 octobre 1906) est l’un des principaux peintres impressionnistes français. Originaire d’Aix en Provence, il travaille beaucoup sur les paysages campagnards de sa région, notamment la montagne Sainte Victoire qui lui inspire plusieurs tableaux. Émile Bernard était également peintre ; c’est au retour de son expérience orientaliste en Égypte qu’il rencontre Cézanne à Aix. S’ensuit une correspondance passionnante, dans laquelle les deux hommes échangent leurs sentiments et réflexions sur l’art et la façon d’en produire.

A-A+

1905

Mon cher Bernard,

Je réponds succinctement à quelques-uns des alinéas de votre dernière lettre. Comme vous me l’écrivez, je crois en effet avoir encore réalisé quelques progrès bien lents dans les dernières études que vous avez vues chez moi. Il est toutefois douloureux d’être obligé de constater que l’amélioration qui se produit dans la compréhension de la nature, au point de vue du tableau et du développement des moyens d’expression, soit accompagnée de l’âge et de l’affaiblissement du corps.

Si les Salons officiels restent si inférieurs, la raison est qu’ils ne mettent en œuvre que des procédés plus ou moins étendus. Il vaudrait mieux apporter plus d’émotion personnelle, d’observation et de caractère.

Le Louvre est le livre où nous apprenons à lire. Nous ne devons cependant pas nous contenter de retenir les belles formules de nos illustres devanciers. Sortons-en pour étudier la belle nature, tâchons d’en dégager l’esprit, cherchons à nous exprimer suivant notre tempérament personnel. Le temps et la réflexion d’ailleurs modifient peu à peu la vision, et enfin la compréhension nous vient.

Il est impossible, par ces temps pluvieux, de pratiquer en plein air ces théories pourtant si justes. Mais la persévérance nous conduit à comprendre les intérieurs comme tout le reste. Les vieux culots seuls obstruent notre intelligence, qui a besoin d’être fouettée.

Bien cordialement à vous et tous mes respects à Madame Bernard, un bon souvenir aux enfants.

P. Cézanne

Vous me comprendrez mieux quand nous nous reverrons ; l’étude modifie notre vision à un tel point que l’humble et colossal Pissarro se trouve justifié de ses théories anarchistes.

Dessinez ; mais c’est le reflet qui est enveloppant, la lumière, par le reflet général, c’est l’enveloppe.

P. C.

Capture d’écran 2016-06-01 à 15.03.19

( Paul Cézanne, Correspondance, recueillie, annotée et préfacée par John Rewald, Editions Grasset et Fasquelle, 1978 ) - (Source image : Photography of Paul Cézanne, author unknown, [1861] © Wikimedia Commons / Émile Bernard, author unknown, 1887 © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :