Lettre de Romain Gary à Christel Söderlund

3

min

romain-gary3

Si seulement je pouvais savoir que tu es à moi, à moi seul, à moi, rien qu'à moi, des pieds à la tête, de tout ton corps.

Romain Gary est un écrivain et diplomate français né à Vilnius sous le nom de Roman Kacew. On lui doit des chefs d’œuvre comme Les Racines du ciel ou La Vie devant soi, ainsi que deux Prix Goncourt, au terme d’une célèbre mystification littéraire. Romain Gary, alors âgé de seulement 24 ans, montre ici le visage d’un homme tendre qui s’adresse à son amour de jeunesse, la suédoise Christel Söderlund (la Brigitte de La Promesse de l’aube).

A-A+

14 avril 1938

Ma petite fille, douce, mauvaise, bonne, unique…

Je me sens si affreusement triste et seul, que ta lettre, au lieu de m’égayer, m’a fait presque mal, m’a rendu plus triste encore et j’ai envie de pleurer comme un idiot. Si seulement je pouvais savoir que tu es à moi, à moi seul, à moi, rien qu’à moi, des pieds à la tête, de tout ton corps que je vois, comme si tu étais là couchée prés de moi, comme si je le caressais encore, partout, fillette, partout, de mes lèvres, de mes dents, de mes doigts…

Christel, dix jours sont passés depuis que tu es partie et maintenant, peut-être, tu sais mieux tu vois mieux si vraiment tu es à moi, à moi seul, comprends-tu, si toi et moi, c’est vraiment ça ou si seulement, c’était autre chose…

Je sais que tu es égoïste et que tu m’aimes dans la mesure où ça te fait plaisir, mais je voudrais savoir si c’est quelque chose de plus fort que toi, si tu peux, vraiment, tout quitter pour être à moi, ou s’il s’agit seulement de ce genre d’amour dérisoire et charmant auquel « il est agréable de céder de temps à autre » comme Goethe ne l’a pas écrit.

C’est très beau, Christel, le chocolat de luxe et avec moi, je le crains, il y aura fort peu de chocolat, fillette, et encore moins de luxe…

Christel, souviens-toi que les choses au monde que je respecte le plus sont l’honneur et la droiture, souviens toi que si je t’aime comme femme c’est aussi parce que je t’aime comme homme et qu’un de nos deux amours n’ira, jamais, pour moi, sans l’autre… Il est très difficile d’être un homme. Mais s’il y a quelque chose qui compte, dans la vie, s’il y a quelque chose de vraiment sacré, c’est ça : être un homme. C’est dans la mesure où tu le seras, où que tu t’efforceras de l’être (car c’est peut-être impossible) que tu seras toujours toute proche de moi, même si des milliers de kilomètres nous séparent, c’est par cette volonté dure d’arriver à être un homme que tu seras toujours au sens le plus beau de ce mot, ma femme… J’ai peur, Christel, que tu ne comprendras pas ces quelques mots qui ont pour moi une si grande importance. J’ai peur, aussi, que ces mots soient impossibles à comprendre, en ce moment, à Vienne…

Si je te les écris, c’est parce que, désespérément, je cherche quelque chose qui pourrait te rapprocher de moi… Et rien, jamais, ni le mariage, ni l’amour ni les enfants ne te rapprocheront de moi plus que ça : l’effort d’être un homme. C’est par cet effort, par cette volonté dure, par cette aspiration à la dignité humaine, à la condition humaine, que ton sang, Christel, sera dans mon sang, ta pensée dans ma pensée, et ta main fillette, dans ma main. Il y a peut-être trop de grandes lettres, trop de majuscules, dans ce que je te dis là. Mais ce ne sont pas des grandes lettres, des grands mots : ce sont de grands sentiments et il ne faut pas avoir honte. Et puis, nous sommes seuls, en ce moment, toi et moi, personne ne nous écoute, nous pouvons parler tranquillement. Il y a bien cette horrible musique… mais je te parlerai dans l’oreille… comme ça… Il faut vivre pour cela, Christel.

Il faut travailler, lutter pour cela. Il faut aimer pour cela. Je dis « aimer » et non pas « faire l’amour ». Je voudrais être cet amour et que cet amour pour moi t’aide dans l’effort. Mais peut-être trouveras-tu un autre homme, qui t’aide mieux, plus que moi. J’en serais heureux… quoique malheureux… En tout cas, Christel, n’oublie jamais cela : rejette loin de toi l’amour qui n’enrichit pas, qui ne t’aide pas à être, à devenir homme. Je serais tellement heureux si je pouvais t’aider ! Mais il faut d’abord voir clair en toi même. Ce que je te conseille demande beaucoup, beaucoup plus de courage que tu ne le crois. Ça n’a rien à voir avec le plaisir, et presque rien avec le bonheur… en tout cas, pas pour les gens qui croient- les malheureux ! Que le bonheur, c’est seulement le maximum de plaisir. Le bonheur — mon bonheur — c’est un chemin très dur. Sur ce chemin, il n’y a pas Sachs, il n’y a pas Bincens, il n’y a pas Lilliebro — il n’y a personne. Il faut du courage pour marcher seule sur ce chemin là, mais je te propose de marcher à deux : avec moi. Je crois que tu seras capable, un jour, de marcher sur ce chemin. Je l’ai pensé, quand je t’ai vu marcher dans la montagne, pieds nus… te souviens-tu ? Dans quelques jours, je t’enverrai une photo : toi et moi sur ce chemin là… Oui… Ne t’étonne pas ! Il faut travailler, ma lointaine, il faut étudier, être seule, lutter, souffrir beaucoup, dans l’effort et mépriser les hommes qui envoient des chocolats de luxe… Mon Dieu, je suis bête. Je t’ennuie. Non, peut-être… je ne sais pas. Quelque fois, je doute, je pense que je ne serai pas entendu… tu es tellement blonde ! J’ai parlé beaucoup trop… et je n’ai pas envie de m’arrêter… j’ai envie de continuer… je suis un imbécile ! Mais un imbécile qui t’aime.

Romain

( http://www.franceculture.fr/emission-la-boite-a-lettres-romain-gary-a-christel-2013-07-25 ) - (Source image : http://laregledujeu.org/2014/06/11/17182/romain-gary-la-permanence/)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :