Dernière lettre de Stendhal à Félix Bonnaire

2

min

stendhal

D'ici à un an, je vous livrerai le manuscrit de deux volumes de Contes et Romans.

À l’occasion de la Toussaint, une invitation à lire la dernière lettre de Stendhal, célèbre pour ses grands romans Le Rouge et le noir et La Chartreuse de Parme . Il fut un aventurier intrépide, un esprit génial, ébloui par l’Italie, les voyages et les arts. Cette dernière lettre donne à sentir l’espoir de l’écrivain pensant sa vie encore longue et emplie d’écriture.

A-A+

21 mars 1842

J’ai reçu, Monsieur, la lettre que vous avez pris la peine de m’écrire le 7 mars. À quelques petits détails près, j’adhère à toutes vos conditions.

Vous me donnez votre parole d’honneur de ne changer aucun mot au manuscrit (comme le Cœur brisé dans L’Abbasse de Castro).

D’ici à un an, je vous livrerai le manuscrit de deux volumes de Contes et Romans, formant deux volumes comme La Chartreuse de Parme, environ 16 ou 17 feuilles de la Revue.

Ces deux volumes seront payés 5 000 fr.

Tous les deux mois je vous ferai parvenir une nouvelle, laquelle sera signée : Stendhal. Vous pourrez l’insérer dans la Revue des Deux Mondes. Vous aurez le droit de réunir ces romans en volumes in-8, tirés à sept cents exemplaires. Après cette édition in-8 vous aurez, en outre, le droit de faire une édition in-18, format populaire, tirée à trois mille exemplaires, le tout signé : Stendhal.

Ces divers droits seront payés sur-le-champ la somme de quinze cents francs.

À l’insertion de chaque nouvelle, elle sera payée cinq cents francs ; la somme totale de 5 000 francs sera complétée lors de la publication de l’édition in-8.

Au moment où paraîtront chacune de ces éditions, vous me ferez remettre douze exemplaires de chacune, ou la somme de 60 francs.

Dans le dessein de corriger les erreurs littéraires, j’aurai le droit, à chaque nouvelle édition, d’effacer une page et d’en ajouter deux ou trois.

Ci-joint ma quittance de 1 500 francs.

Recevez, Monsieur, les nouvelles assurances de ma parfaite considération.

H. BEYLE

P.-S. — Si vous faites des annonces ou publiez des catalogues, je vous prierai d’y placer les titres des ouvrages de M. Stendhal.

 

product
( Stendhal, Aux âmes sensibles, Lettres choisies (1800-1842), Edition de Mariella Di Maio, Folio Classique, Gallimard, 1942 ) - (Source image : Portrait de Olof Johan Södermark (1790-1848), Henri Beyle, 1840, Château de Versailles (Wikimedia Commons).)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

Lettre de Stendhal à Clémentine Curial : « Tu ne saurais te figurer les idées noires que me donne ton silence. »

Lettre de Stendhal à Pauline Beyle : « Quand je lis Racine, Voltaire, Molière, j’oublie le reste du monde. »

Lettre de Stendhal à sa sœur Pauline : « Lis Molière, La Bruyère, l’histoire : voilà l’homme. »

Dernière lettre de Stendhal à Félix Bonnaire : « D’ici à un an, je vous livrerai le manuscrit de deux volumes de Contes et Romans »