Lettre d’Émile Zola à Auguste Cordier

1

min

zola

Je n'irai point au rendez-vous que vous me donnez devant la tombe de Stendhal.

Émile Zola (2 avril 1840 – 29 septembre 1902) est un écrivain et journaliste célèbre pour sa série romanesque des Rougon-Macquart et pour ses articles sur l’Affaire Dreyfus. Très engagé sur le plan idéologique et politique, en témoignent ses Lettres sur la Commune, l’auteur de Germinal est souvent le premier à profiter de sa liberté d’expression et à se battre pour ses idéaux. Néanmoins, il préfère rester discret quand les circonstances l’exigent ; c’est que qu’il confie à son ami Auguste Cordier dans cette lettre sur la mort de Stendhal.

A-A+

vers le 20 mars 1881

Monsieur,

Je n’irai point au rendez-vous que vous me donnez pour mercredi prochain, devant la tombe de Stendhal, car je ne veux pas que la presse m’accuse le lendemain d’être allé voler le cadavre du grand psychologue pour m’en faire une réclame.

Je condamne toutes les manifestations de la rue. Je crois que nos plumes suffisent pour la défense et la glorification de nos aînés.

Merci de votre sympathie et bien cordialement à vous.

zozoz

( Émile Zola, Œuvres complètes, tome 10 : La critique naturaliste, 1881, Paris, Nouveau monde, 2004. ) - (Source image : Édouard Manet, Portrait d'Émile Zola (détail), 1868, huile sur toile, Musée d'Orsay, The Yorck Project, © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

1ère lettre d’Émile Zola sur « La Semaine sanglante » de la Commune : « Paris n’a pas fermé l’œil. »

2e lettre d’Émile Zola sur la « Semaine sanglante » de la Commune : « Quelle épouvantable journée dans Paris ! »

Dernière lettre de Stendhal à Félix Bonnaire : « D’ici à un an, je vous livrerai le manuscrit de deux volumes de Contes et Romans »

les articles similaires :