Lettre d’Émile Zola à Jean Jaurès

2

min

Zola Jaurès large

Merci mille fois. Vous ne sauriez croire quelles sont ma joie et ma fierté.

Le 31 juillet 1914, juste avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale, Jean Jaurès est assassiné par un étudiant nationaliste déséquilibré. Durant sa vie, Jaurès encourageait les entreprises pacifistes et humanistes y compris dans les arts, comme le montre cette lettre d’Émile Zola ; ce dernier venait alors d’écrire Travail, une œuvre d’anticipation fondée sur l’idée du progrès social, un roman socialiste en son genre.

A-A+

15 mai 1901

Mon cher Jaurès,

Ma femme m’a dit de quel cœur enflammé et avec quelle magnificence vous avez parlé de Travail, dans votre grand amour de l’humanité. Rien ne pouvait me toucher plus profondément que cet appui fraternel que vous avez ainsi donné à on œuvre. On tâche de faire sur elle le plus de silence possible, et il fallait votre parole ardente pour dire au moins ce que j’ai voulu. Oui, ce peuple auquel vous travaillez, ce peuple enfin réconcilié dans le travail, fécondé par l’amour, sera certainement le peuple de demain.

Merci mille fois. Vous ne sauriez croire quelles sont ma joie et ma fierté. Et je vous serre bien fraternellement les deux mains.

Capture d’écran 2017-06-29 à 16.42.05

( Zola, Correspondance, choix et présentation de lettres par Alain Pagès, Paris, Garnier-Flammarion, 2012. ) - (Source image : Jaurès en 1904 par Nadar © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :