Lettre ouverte de Pablo Picasso à un jeune peintre

2

min

picasso

Votre place, jeune peintre, est à côté du peuple qui défend la liberté.

Pablo Picasso (25 octobre 1881 – 8 avril 1973) est des artistes majeurs du XXe siècle, tant par ses apports artistiques que pour ses prises de position politiques : fondateur du cubisme avec Georges Braque, fervent militant contre la guerre civile espagnole… ses actes ont marqué son siècle. Dans cette lettre ouverte à un jeune peintre, Picasso incite les artistes à prendre position contre la guerre et le fascisme en Espagne.

A-A+

Octobre 1952

J’ai bien reçu votre lettre. Par elle je sais les difficultés qui se dressent sur votre route au début de votre vie artistique ainsi que votre volonté de poursuivre votre travail, espérant des lendemains meilleurs. Situation et manière de penser qui reflètent, certainement, celles de la nouvelle génération intellectuelle de notre pays, d’esprit rebelle et fidèle à l’idéal des aînés qui, les armes à la main, ont lutté pour la République de 1936 à 1939.

Pour vous, jeune peintre, comme pour l’écrivain ou le musicien dans l’Espagne de Franco, les difficultés matérielles, le manque de liberté pour exprimer tout ce que la réalité vive de notre peuple vous inspire sont autant d’obstacles au travail de création artistique. Mais les obstacles, aussi grands soient-ils, ne peuvent arrêter notre oeuvre. L’Espagne a besoin de notre voix. Il faut dénoncer la misère, la corruption du régime, pénétrer au cœur du peuple pour exprimer ses sentiments, l’encourager dans sa lutte, chanter son héroïsme.

Les problèmes qui se posent au jeune intellectuel, le jeune ouvrier qui meurt de faim sans pouvoir apprendre un métier ou le jeune paysan qui travaille nuit et jour pour un morceau de pain les connaissent également.

L’obstacle qui paralyse tant d’énergie porte un nom concret : Franco. Pour en finir avec la misère, il faut en finir avec le régime actuel. Le peuple de Barcelone a montré le chemin.

Ce régime ne peut même pas se sauver avec l’aide des gouvernants de l’Amérique du Nord. Notre peuple triomphera. Nous sommes des millions d’hommes et de femmes dans le monde à défendre la cause de la paix. La colombe de la paix gagne en force sur le corbeau de la guerre.

Votre place, jeune peintre, est à côté du peuple qui défend la liberté, en même temps que le patrimoine artistique et culturel d’Espagne. Il n’existe pas d’objectif plus noble pour la nouvelle génération intellectuelle que de contribuer à sauver l’Espagne du fascisme et de la guerre.

( Picasso, « Carta abierta a un joven pintor », in Nuestro Tiempo, Mexico, n°7, Octobre 1952, Traduit de l’espagnol par Christiane de Montclos. ) - (Source image : Picasso © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction

Lettre de Pablo Picasso à Gertrude Stein : « Mais ma vie est un enfer. »

Lettre de Picasso à son ami Bas : « Suivre une école, je suis contre. »

Lettre de Max Jacob à Picasso : « Tu as été à toi seul le monde des arts pour moi. »

les articles similaires :