Lettre posthume de James Fowley à sa famille et ses amis

2

min

AP110527127424-676x450

Reste forte, parce que je vais avoir besoin de toi pour reprendre ma vie.

James Fowley, journaliste américain, otage de l’Etat Islamique, a été brutalement exécuté par décapitation filmée le 19 Août 2014,  en Syrie. Coupé du monde depuis le 22 novembre 2012, interdit de correspondance avec ses proches, il avait écrit une lettre d’adieu à sa famille et ses proches qu’un de ses condisciples de captivité avait appris par cœur. Rendue publique par sa famille, c’est un chant d’amour bouleversant à ses proches.

A-A+

Ma chère famille et mes chers amis,

Je me souviens d’être allé au supermarché avec papa, d’un grand tour en vélo avec maman. Je me souviens de tant de beaux moments en famille qui me permettent de m’évader de cette prison. Des rêves de famille ou d’amis m’emmènent loin d’ici et alors, le bonheur remplit mon cœur.

Je sais que vous pensez à moi et que vous priez pour moi. Et je vous en remercie. Je vous sens très proches de moi particulièrement lorsque je prie et je prie pour que vous soyez forts et que vous ayez la foi. Même lorsque je prie dans le noir, je sens vraiment que je peux vous toucher.

Nous avons été 18 détenus ensemble dans une cellule, ce qui m’a aidé.  Nous avons eu des discussions sans fin sur des films, des anecdotes, le sport. Avec ce qui traînait dans notre cellule, nous avons bricolé des jeux de société pour nous distraire et avons trouvé le moyen de jouer aux dames, aux échecs, à Risk. Nous avons même organisé des tournois et passé des journées à préparer les stratégies du jour suivant. Jouer et apprendre aux autres à jouer ont été un moyen de faire passer le temps.  Cela a été une aide fondamentale. Nous répétions les mêmes histoires et en rions pour briser la tension.

J’ai  eu des bons et des mauvais jours. Nous sommes si heureux quand quelqu’un est libéré mais bien sûr, nous rêvons de notre propre libération. Nous essayons de nous encourager les uns les autres, et de nous contagier par l’enthousiasme. Nous sommes maintenant mieux nourris, et cela, tous les jours. Nous avons du thé, parfois du café. J’ai repris presque tout le poids que j’avais perdu l’an dernier.

Je pense beaucoup à mes frères et à ma sœur. Je me souviens que nous jouions au loup dans le noir avec Michael et de tant d’autres jeux, comme la chasse avec Mattie et T  autour du bar de la cuisine. S’il reste de l’argent sur mon compte en banque, je veux qu’il revienne à Michael et Matthew. Je suis si fier de toi, Michael, et te remercie de ces beaux moments de l’enfance. Je vous remercie, toi et Kristie, pour ces beaux moments de ma vie d’adulte.

Et mon grand John, j’ai tellement aimé vous rendre visite, à toi et Cress, en Allemagne. Merci de m’avoir accueilli. Je pense beaucoup à RoRo et j’essaie d’imaginer à quoi peut ressembler Jack : j’espère qu’il a la même personnalité que RoRo.

Et Mark, je suis si fier de toi, mon frère. Je pense que tu dois être sur la côte Ouest et j’espère bien que tu fais du ski et que tu campes. Je me souviens particulièrement du jour où nous sommes allés à la Comedy Club de Boston et de notre grande étreinte après. Ces moments spéciaux me redonnent de l’espoir.

Katie, je suis si fier de toi. Tu es la plus forte et la meilleure d ‘entre nous. Je pense à toi qui travailles tant et aides les gens en étant infirmière. Je suis si heureux que nous ayons pu échanger quelques sms avant que je sois capturé. Je prie pour venir à ton mariage : je parle comme notre grand-mère maintenant !

Grand-mère, prends tes médicaments, fais des marches, et continue à danser. J’ai l’intention de t’emmener chez Margarita quand je serai de retour à la maison. Reste forte, parce que je vais avoir besoin de toi pour reprendre ma vie.

Jim

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Dernière lettre de Peter Kassig à ses parents : « La première chose que je veux vous dire c’est merci. »

Lettre de Cavanna aux culs-bénits : « Le vingt-et-unième siècle sera un siècle de persécutions et de bûchers. »

Lettre de Léon Tolstoï à Gandhi : « Il n’y a qu’une solution, celle de la reconnaissance de la loi d’amour et du refus de toute violence. »

les articles similaires :

12 commentaires

    • nicole

      ce que j’appelle « un bon être humain »….. quel gâchis ! il a su rester digne jusqu’à la fin, je suis terriblement triste pour lui et sa famille. En cette fin d’année, je suis proche d’eux. Paix sur la terre et dans les cœurs.

  1. Susana Lucas

    Tous les jours, je pense à lui, qu’est-ce qu’il était fort et courageux, devant ses bourreaux.

    Quel mort atroce ! Quel martyre! Quel gâchis de vie !

    Je souhaite que sa merveilleuse âme soit dans la lumière amoureuse du créateur. Tous mes meilleurs sentiments, je les adresse à ses proches et à ses amis.

    • Corby

      Je pense que c’est tout l’inverse Claudia, cette lettre est pleine d’espérance et tend à nous réconcilier avec le genre humain. Cet homme nous pousse à y croire…

  2. Chérif Lamin

    Ces organisations meurtrières qui se cachent derrière l’islam étaient crées, financées et armées par le mouvement sioniste international et les américains pour mettre fin et démolir la nation arabe. D’ailleurs ses jihadistes ont à faire en premier lieu aux arabes. En regardant ce qui se passe en Irak en Série, en Lybie, en Palestine et presque dans tous les pays arabes vous allez comprendre le danger qui s’attend à toute l’humanité. Il faut que tout le monde bouge pour mettre fin à ses massacres. Mes sincères condoléances à la famille et aux amis du martyr, que Dieu leur procure la patience et l’oubli et accueille le défunt dans ses vastes paradis.

  3. HERRERA EVELYNE

    L’espérance habitait James…malheureusement, cela n’a pas suffi pour qu’il sorte indemne de cet enfer.
    L’homme reste un prédateur pour l’homme également, quoi que l’on puisse dire…et c’est d’une tristesse infinie !

  4. GOURAULT

    Nous sommes en mars 2015 et les commentaires s’estompent.
    Ce genre de sacrifice serait-il déjà oublié ?
    Que l’intelligence et l’altruisme finissent par l’emporter !

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.