Lettre d’Albert Einstein au président Franklin D. Roosevelt

2

min

einstein roosevelt large

Des bombes d’un genre nouveau et d’une extrême puissance pourraient être construites.

Albert Einstein (14 mars 1879 – 18 avril 1955) est probablement le plus grand scientifique du XXe siècle. Son nom même est synonyme d’intelligence et d’autorité. En 1939, trois physiciens nucléaires — Leó Szilárd, Edward Teller et Eugene Wigner, trois Juifs hongrois exilés pour fuir les persécutions nazies — l’invitent à signer une lettre d’avertissement au président des États-Unis. En effet, connaissant les avancées scientifiques de l’époque, ils craignent que l’Allemagne nazie soit en train d’enrichir de l’uranium pour fabriquer des bombes d’un genre inédit. Dans la course contre le temps et à l’armement, Einstein signe donc cette lettre. Elle serait l’un des éléments déclencheurs du projet Manhattan. Il annonce ainsi au président américain une grande nouvelle pour la science et une bien triste pour l’humanité : la fabrication de la bombe nucléaire est devenue possible.
Après la guerre et Hiroshima, Einstein exprimera des regrets d’avoir signé cette lettre et militera jusqu’à sa mort pour le désarmement atomique mondial. Leó Szilárd aussi, même s’il a été l’un des premiers à envisager les applications militaires de l’énergie nucléaire, passera sa vie à promouvoir le désarmement.

A-A+

2 août 1939

Monsieur,

Un travail récent d’E. Fermi et L. Szilard, dont on m’a communiqué le manuscrit, me conduit à penser que l’uranium va pouvoir être converti en une nouvelle et importante source d’énergie dans un futur proche. Certains aspects de cette situation nouvelle demandent une grande vigilance et, si nécessaire, une action rapide du gouvernement. Je considère qu’il est donc de mon devoir d’attirer votre attention sur les faits et recommandations suivantes.

Au cours des quatre derniers mois, grâce aux travaux de Joliot en France et ceux de Fermi et Szilard en Amérique, il est devenu possible d’envisager une réaction nucléaire en chaîne dans une grande quantité d’uranium, laquelle permettrait de générer beaucoup d’énergie et de très nombreux nouveaux éléments de type radium. Aujourd’hui, il est pratiquement certain que cela peut être obtenu dans un futur proche.

Ce fait nouveau pourrait aussi conduire à la réalisation de bombes, et l’on peut concevoir — même si ici il y a moins de certitudes — que des bombes d’un genre nouveau et d’une extrême puissance pourraient être construites. Une seule bombe de ce type, transportée par un navire et explosant dans un port, pourrait en détruire toutes les installations ainsi qu’une partie du territoire environnant. On estime néanmoins que des bombes de cette nature seraient trop pesantes pour être transportées par avion.

Les États-Unis n’ont que de faibles ressources en uranium. Le Canada est assez bien pourvu, ainsi que l’ancienne Tchécoslovaquie, mais les principaux gisements sont au Congo belge.
Devant cette situation, vous souhaiterez peut-être disposer d’un contact permanent entre le gouvernement et le groupe des physiciens qui travaillent en Amérique sur la réaction en chaîne. Une des possibilités serait de donner cette tâche à une personne qui a votre confiance et pourrait le faire à titre officieux. Cette personne devrait être chargée des missions suivantes.

a) Prendre l’attache des différents ministères, les tenir informés des développements à venir, faire des propositions d’action au gouvernement, en accordant une attention particulière à la question de l’approvisionnement américain en uranium.

b) Accélérer les travaux expérimentaux qui sont actuellement menés sur des budgets universitaires limités, en leur apportant un financement complémentaire, si besoin est, grâce à des contacts avec des personnes privées désireuses d’aider cette cause et en obtenant peut-être la collaboration de laboratoires industriels disposant des équipements requis.

J’ai appris que l’Allemagne vient d’arrêter toute vente d’uranium extrait des mines de Tchécoslovaquie dont elle s’est emparée. Le fils du vice-ministre des Affaires étrangères allemand, von Weizsäcker, travaille à l’Institut Kaiser Wilhelm de Berlin, où l’on a entrepris de répéter des expériences américaines sur l’uranium. Voilà ce qui explique peut-être la rapidité de cette décision.

Sincèrement vôtre.

( ) - (Source image : Albert Einstein en 1947 par Orren Jack Turner / Franklyn D. Roosevelt en 1933 par Elias Goldensky, Library of Congress © domaine public )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction

Lettre d’Albert Einstein à Erik Gutkind : « Le mot Dieu n’est pour moi rien d’autre que l’expression et le produit de la faiblesse humaine. »

Lettre d’Albert Einstein à son fils Hans-Albert : « C’est comme ça qu’on apprend le mieux, quand on fait quelque chose avec tellement de plaisir qu’on ne voit pas le temps passer. »

Lettre de Marie Curie à sa nièce Hanna : « Que chacun file son cocon. »

les articles similaires :