Lettre de Tennessee Williams à Marlon Brando

1

min

Joue la cool, bébé. Avec amour, Tennessee.

En 1955, Tenessee Williams finit l’écriture de sa prochaine pièce, La Descente d’Orphée : pour la mise en scène, il a déjà engagé Anna Magnani et songe à son ami Marlon Brando pour lui donner la réplique. Les rumeurs vont bon train : le bellâtre serait terrifié à l’idée de jouer avec la diva italienne. Échanges croisés, leçon de jeu et de psychologie entre Tennessee et Marlon : une exclusivité deslettres.

A-A+

Le 2 mai 1955

Cher Marlon,

Gadg dit que tu ne serais pas intéressé à l’idée de jouer une pièce. Mais Sam Spiegel, lui, dit qu’il t’a parlé de son enthousiasme pour La Descente d’Orphée dans lequel il pense, et moi aussi, qu’il y aurait un beau rôle pour toi. Donc je me suis dit que je devais au moins te le proposer, sans aller plus loin que ça, parce que je ne crois pas que quiconque doive mettre la pression aux artistes. Magnani est intéressée pour jouer la pièce l’année prochaine. Il n’y a aucun producteur encore, et il est probable que je m’occupe de la production moi-même avant que n’importe quel producteur n’investisse la pièce. Comme cela, je trouverai un metteur en scène et je m’occuperai d’auditionner les premiers rôles en amont. Est-il vrai que Magnani te fait peur ? Je n’y crois pas, et il n’y aurait certainement aucune raison qui le justifierait. Toi et Magnani réunis dans une même pièce marquerait le théâtre à jamais : ce serait une expérience ou un événement électrifiant. En ce moment, je retravaille la pièce, et si, comme le dit Sam, il est vrai qu’elle t’intéresse ou qu’elle pourrait t’intéresser, je t’enverrai une copie. Je pars à New York dans une semaine, on prend le bateau le 26 mai pour l’Europe. Il n’y a pas d’urgence puisque je dois d’abord parler avec Magnani et vérifier qu’elle est toujours d’accord pour jouer un rôle sur la scène américaine. Elle dit qu’elle se consacre à étudier l’anglais, avec ce projet en tête. […] N’as-tu pas parfois le mal du pays pour la scène ? C’est juste un rêve, mais tout ce qui arrive l’est aussi. Joue la cool, bébé. Avec amour, Tennessee.

Une autre pensée : tu voudrais la diriger ?

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Marlon Brando à Tennessee Williams : « Le succès est une vraie pute. »

Lettre de Jack Kerouac à Marlon Brando: « Je prie pour que tu achètes ON THE ROAD et que tu en fasses un film. »

Lettre de Francis Ford Coppola à Marlon Brando : « Marlon je te respecte énormément. »

les articles similaires :