Lettre de Max Jacob à Picasso

1

min

Tu as été à toi seul le monde des arts pour moi.

Pablo Picasso rencontre Max Jacob à Paris en septembre 1901 par l’intermédiaire du marchand d’art Pedro Mañach. Très vite, le peintre cubiste et le poète moderniste se lient d’une amitié intense. Ils mènent ensemble une vie de bohème dans le Montmartre du tournant du siècle. Quand Max Jacob vit une crise mystique en 1915 et décide de recevoir le sacrement du baptême sous le patronage de Cyprien d’Antioche, il choisit Picasso comme parrain. Quelques années plus tard, sa ferveur est intacte.

A-A+

1er juin 1921

Mon cher parrain,

Tu as été mêlé à tous les bonheurs et à tous les malheurs de ma vie ; tu as participé aux uns, tu as pansé les douleurs des autres. Tu as encouragé mes premiers essais artistiques, tu les as mis dans les meilleures voies. Tu étais là dans mes premiers pas dans le monde des arts. Que dis-je ? Tu as été à toi seul le monde des arts pour moi.

C’est toi qui as fait publier mes premiers poèmes et c’est chez toi que j’ai publié mes premiers volumes. S’il se présente une autre occasion de publication, ce sera encore chez toi ou par toi, directement ou indirectement. Joyeux, j’ai trouvé un écho dans ton cœur, malade, j’ai trouvé des soins chez toi.

Quand Dieu a permis que je vinsse à lui, tu l’as su le premier, et tu as été le seul à ne pas rire du repentir de mes fautes. Quand le baptême enfin exauça mes prières, tu m’as accompagné vers cette gloire comme je t’avais accompagné dans la tienne. Tu es à mon horizon et tu es auprès de moi, en moi et autour de moi. J’ai agrandi par toi, non seulement mes opinions, ma vision, ma compréhension de l’univers, mais encore ma connaissance de la géographie et des coutumes des peuples.

Jamais en un mot parrain ne fut aussi digne de ce titre au rapport de son filleul que tu l’es au mien. Et je pense que, sans les tiers, nous n’aurions jamais cessé une heure d’être plus que parrain et filleul, amis. Hélas ! Que de tiers entre nous !

Je te souhaite que Dieu me conserve digne de toi et te conserve la lumière suffisante pour savoir que je le suis. Je souhaite qu’il te conserve en sa garde et t’illumine un jour pour te mener à la foi.

Je t’embrasse,

Ton filleul dévoué

Cyprien — Max

biographieMaxJacob
( Béatrice Mousli, Max Jacob, Flammarion, coll. «Grandes Biographies », 2005 ) - (Source image : Max Jacob & Pablo Picasso, Wikipedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :