Dernière lettre de Charles Dickens à ses fils

1

min

Je lui ai dit que vous ne me surprenez pas, car ma foi envers vous est sans limites.

Charles Dickens (7 février 1812 – 9 juin 1870 ) est un des plus éminents écrivains anglais. Mais le romancier prolifique et extrêmement populaire a eu une enfance rude. Il s’en est librement inspiré dans un de ses chefs-d’œuvres, Oliver Twist. Le document épistolaire qui suit est le dernier témoignage écrit de l’auteur à ses fils partis vivre en Australie.

A-A+

20 mai 1870

Mon Cher Alfred,

J’ai juste le temps de te dire de ma propre main que j’ai invité M. Bear à un diner avec des invités qu’il désirait voir, que nous avons pris bien soin de lui et nous nous sommes fortement intéressés à lui.

Je reste sceptique quant à la situation de Plorn en Australie. Peux-tu découvrir ses réelles intentions ? Je remarque qu’il écrit toujours comme si sa vie actuelle représente la quintessence de son émigration, et comme si je ne réalisais pas le fait que vous deveniez propriétaires, et que vous aspiriez aux premières positions dans la colonie, sans rejeter l’ancien monde.

M. Bear a été élogieux à propos de vous. Je lui ai dit que vous ne me surprenez pas, car ma foi envers vous est sans limites.

Recevez mon amour et ma bénédiction.

Tout le monde vous aura raconté les nouvelles d’ici, et je travaille d’arrache pied. Ceci n’est pas une lettre mais plutôt une assurance que je pense à vous avec espoir.

            À jamais, mon cher Alfred,

                                                            Ton Père affectueux.

(Cette lettre atteignit l’Australie après que les deux fils de Charles Dickens aient reçu le télégraphe annonçant la mort de leur père.)

( ) - (Source image : Photographie de C.Dickens par Watkins (1858) © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :