Dernière lettre de Nietzsche à Jacob Burckhardt : « Ce qui est désagréable et dérange ma modestie, c’est, qu’au fond, je suis chaque nom de l’histoire » - Des Lettres