Lettre d’adieu d’Alan Rickman à Harry Potter

2

min

Il y a plus en Rogue qu'un costume immuable.

Nous faisons aujourd’hui nos adieux à l’homme qui sut prouver grâce à son interprétation dans la saga Harry Potter que le bien était la finalité de l’homme. Le Prince de sang mêlé est mort et nul besoin d’une larme pour savoir que la carrière de son interprète, Alan Rickman, fut un parcours sans faute. Nous tirons notre révérence à celui qui sut faire rêver bien plus qu’une génération.

A-A+

26 avril 2011

Je reviens juste du studio de doublage où je viens de parler dans un micro en tant que Severus Rogue pour la toute dernière fois. Sur l’écran, il y avait des flashbacks de Daniel, Emma et Rupert d’il y a dix ans. Ils en avaient douze. Je suis aussi revenu de New York récemment, et quand j’étais là-bas, j’ai vu Daniel chanter et danser (brillamment) à Broadway. Une vie entière semble s’être écoulée en quelques minutes.

Trois enfants sont devenus adultes à la suite d’un coup de fil de Jo Rowling qui contenait un petit indice, et cela m’a persuadé qu’il y a plus en Rogue qu’un costume immuable, et que même s’il n’y avait que trois livres sortis à l’époque, elle tenait ferme entre ses mains tout cet énorme mais délicat récit.

C’est un besoin ancien que celui qu’on nous raconte des histoires. Mais toute histoire a besoin d’un grand narrateur. Merci pour tout ça, Jo.

Alan Rickman

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

les articles similaires :