Lettre d’Antonia Maria Arellano à Antoni Gaudí

3

min

S’aimer, c’est comme juxtaposer trois verres ayant chacun le visage d’une couleur primaire.

À la mort de son oncle, le docteur en littérature Matthieu Gosztola hérite d’une maison dans la région d’Almería. En ruine, il décide de s’y installer pour redonner à la grande maison la valeur qui lui est due. Curieux de faire connaissance avec les fantômes de son passé, il décide d’investir en premier lieu les hauteurs de la maison et prend plus précisément résidence dans le grenier. Au milieu d’un chaos ordonné, il fait la découverte d’une malle dans laquelle une dizaine de lettres sont conservées. Toutes sont destinées à Antoni Gaudi (25 juin 1852 – 10 juin 1926) et signées de la plume d’Antonia Maria Arellano. Après de nombreuses recherches, aucune source biographique dédiée à l’architecte auquel nous devons la Sagrada Familia à Barcelone ne mentionne le nom de l’amoureuse transie. Beaucoup de critiques voient clairement dans cette écriture le style lyrique et onirique de Matthieu Gosztola, lui attribuant de facto ces déclarations. Beaucoup d’incertitudes permettent encore à la littérature d’arborer une forme de mystère. Entre rêve et réalité, fiction ou vérité, nul ne semble pouvoir nous renseigner sur la véracité des textes et il semble plaisant d’imaginer ces mots doux parvenir à celui auxquels ils étaient destinés.

A-A+

27 avril 1927

Quand je
pense à

nos
corps

en
semble,

je pense…
Mais avant,

J’aimerais te
dire une chose.

Une seule
chose.

[…]

quand je pense
à nos corps

ensemble,
je pense à

la
cathédrale

de Majorque.
Celle-là, dont tu

me parles toujours
avec tes larmes.

S’aimer,

c’est

comme juxtaposer
trois verres ayant

chacun le visage
d’une couleur

primaire, en
prenant
(bien)
soin

de varier
l’épaisseur

du cristal

afin que
puisse être

graduée
l’intensité

de la
lumière.

gaudicouv
( Matthieu Gosztola, Lettres-poèmes, correspondance avec Gaudí, Éditions Abordo, 2014, , pp. 85-89-90. ) - (Source image : Portrait photograph of Antoni Gaudí, Paul Audouard, 15 March 1878 at the Gaudi and Barcelona Club © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Carte postale de Salvador Dali à Picasso : « Je suis entrain de peindre des véritables chefd’euvre. [sic] »

Lettre de Picasso à son ami Bas : « Suivre une école, je suis contre. »

Lettre de Salvador Dalí à Federico García Lorca : « J’éprouve une rage terrible contre tout ce que j’ai peint jusqu’à hier. »

les articles similaires :