Lettre de Boris Vian à sa femme Michelle

1

min

J’ai pas encore eu le temps de me masturber.

Boris Vian (1920-1959) épouse Michelle Léglise le 5 juillet 1941 à l’église Saint-Vincent de Paul à Paris. Lui écrivait, elle tapait ses manuscrits. De Saint-Germain-des-Prés à Saint-Tropez, ils ont fréquenté Miles Davis, Albert Camus, Duke Ellington ou encore Orson Welles. Il se séparent au bout d’une dizaine d’années de mariage, Michelle ayant une aventure avec Jean-Paul Sartre et Boris Vian entamant une nouvelle vie avec Ursula Kübler. Malgré les difficultés, leur amour fut fondamental, oscillant entre humour et créativité. Pour preuve, cette drôle de missive !

A-A+

15 août 1948

J’ai pas encore eu le temps de me masturber, aussi je t’écris pour le faire en pensant à tes fessinettes. J’ai trop bouffé des gâteaux avec le gazozo, alors j’ai envie de chier. C’est rien, ça m’arrive tous les jours. J’espère que tu as fai bon vouaiage [sic]. Et que t’es arrivée encore vierge. J’ai pas encore trouvé des gonzesses à baiser. J’ai mal au cul. La chaise est dure et le stylo vagit.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Boris Vian à Jean Linard : « Mangez des nouilles et évitez l’ennui. »

Lettre de Boris Vian à Jean Linard : « Ne me faites pas chier avec ces histoires de pognon et gardez ledit pognon pour bouffer. »

Lettre de Boris Vian au provéditeur-éditeur : « Retirez le Q de la coquille : vous avez la couille, et ceci constitue précisément une coquille. »

les articles similaires :