Lettre de Camille Claudel à sa cousine

1

min

Les larmes de l'exil, les larmes que j'ai versées goutte à goutte depuis que j'ai été arrachée à mon cher atelier.

Si on se souvient de la tumultueuse sculptrice Camille Claudel (1864-1943), c’est pour sa relation passionnelle avec Auguste Rodin, pour son frère — le poète Paul Claudel, pour les conditions désastreuses de son internement psychiatrique, mais surtout pour son œuvre d’une grande puissance expressive. Diagnostiquée d’une démence paranoïde en 1913, elle finira ses jours en asile, contrainte à l’enfermement, isolée de son art et des siens dont cette lettre adressée à sa cousine Marie-Madeleine est un puissant témoignage.

A-A+

Juillet 1915 ?

Ma chère cousine,

Malgré les différentes aventures qui nous ont séparées je n’oublie pas que c’est jeudi prochain Sainte Marie-Madeleine et je veux vous souhaiter votre fête comme si j’étais encore auprès de vous.

Malheureusement ce n’est pas avec une fleur à la main que je viens vous offrir mes souhaits, c’est avec des larmes dans les yeux. Les larmes de l’exil, les larmes que j’ai versées goutte à goutte depuis que j’ai été arrachée à mon cher atelier. Vous qui connaissez mon attachement à mon art vous devez savoir ce que j’ai dû souffrir d’être tout à coup séparée de mon cher travail vous qui me connaissez si bien malgré mes étourderies et mes inconséquences !!

Ma pauvre cousine !

Le chêne de Villeneuve n’existe plus, je ne suis pas la seule à m’en apercevoir, aussi je ne voudrais pas vous attrister davantage en vous faisant le récit de l’injustice dont j’ai été la victime !

J’ose à peine vous demander de vos nouvelles ! c’est en tremblant que je me demande en moi-même si vous êtes toujours vivante, si vous n’avez pas disparu dans cette horrible guerre qui dévaste notre beau pays. Si vous voulez m’écrire un mot vous me ferez grand plaisir. Par un singulier effet du sort je me trouve actuellement en pension à Montdevergues par Montfavet (Vaucluse), dans un établissement tenu par les religieuses de Saint-Charles.

Vous qui êtes une intrépide voyageuse, si par hasard vous passez un jour par ici, n’oubliez pas votre petite cousine sculpteuse [sic] (celle qui perdait toujours son parapluie).

Je prie le bon Dieu pour vous et pour Mlles vos sœurs.

[…]

Camille Claudel

( Camille Claudel, Correspondance, édition d'Anne Rivière et Bruno Gaudichon, Art et Artistes, Gallimard ) - (Source image : Camille Claudel âgée de 20 ans, Wikipedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

les articles similaires :

2 commentaires

  1. martheparent@orange.fr

    je ne comprends pas comment on peut penser que Camille Claudel était une malade mentale. Je trouve toutes ses lettres très mesurées au regard de l’injustice qui lui était faite, elle a une analyse très juste de sa situation et ne sait de quel côté se tourner pour demander désesperément de l’aide. J’aimerais qu’un psychiatre s’intéresse à elle et fasse à partir de ses lettres une expertise comme pour un procès pour les tribunaux

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.