Lettre de Charles Quint à Érasme

1

min

Toute notre aide et faveur est acquise à tes très pieux efforts.

Non content d’être l’un des intellectuels les plus renommés de son temps, Érasme fut également au centre du pouvoir religieux et politique. L’empereur Charles Quint, l’homme le plus puissant de son époque et l’un des grands empereurs de l’histoire de l’humanité, admirait et tutoyait ce conseiller des princes et rois. Dans cette lettre, Érasme se voit remercié de sa lutte contre Luther et la Réforme.

A-A+

15 décembre 1527

Érasme,

Honorabilis, devote, dilecte, ta lettre nous a causé un double plaisir : d’abord parce qu’elle venait de toi, et puis parce qu’elle nous a fait savoir le déclin de la folie luthérienne. De ces effets, tu dois le premier à l’amitié singulière que nous te portons, l’autre c’est nous qui te le devons, ou plutôt toute la République chrétienne : car par ton seul effort, elle a obtenu ce dont les empereurs, les pontifes, les princes, les universités et tant de forts savants hommes n’ont pu venir à bout jusqu’à ce jour.
Tu t’es assuré par là, à notre grande joie, une louange immortelle en ce monde et une gloire perpétuelle dans l’autre, et pour ce bonheur nous te félicitons cordialement. Il ne te reste plus qu’à tâcher de mener à bonne fin, de toutes tes forces, l’œuvre si heureusement entreprise. Toute notre aide et faveur est acquise à tes très pieux efforts.

La seule chose que nous te demandons, c’est de nous recommander toujours en tes prières à Christ tout-puissant.
Fait en notre cité de Burgos, le 13 décembre, l’an du Seigneur MDXXVII, et de notre règne romain le neuvième.

Charles Quint

( http://www.pearltrees.com/#/N-play=2&N-s=1_8053264&N-u=1_805586&N-p=76730547&N-f=1_8053264&N-fa=6105530 ) - (Source image : Portrait d'Érasme, Hans Holbein le Jeune, 1523, National Gallery © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :