Lettre de démission de Steve Jobs

1

min

Je vous remercie tous pour toutes ces années passées à travailler à vos côtés.

Visionnaire de génie, pionnier de l’informatique, Steve Jobs a changé le monde et accompagné l’une des grandes révolutions de l’histoire de l’humanité. Il s’est éteint le 5 octobre 2011, des suites d’un cancer. Sa mort a déclenché une vague d’émotion gigantesque dans le monde entier. Voici la lettre de démission que Steve Jobs fit parvenir au Conseil d’Administration à l’heure où la maladie l’empêchait de continuer à exercer ses fonctions.

A-A+

24 août 2011

A l’attention du Conseil d’Administration des Directeurs d’Apple et de la Communauté Apple,

Comme je l’ai toujours dit, le jour où je ne serai plus capable de remplir mes devoirs et mes obligations en tant que PDG d’Apple, je serai le premier à le faire savoir. Malheureusement, ce jour est arrivé.

Je démissionne par la présente de mon poste de PDG d’Apple. J’aimerais continuer à travailler, avec l’accord du Conseil, en tant que président-directeur du Conseil et employé d’Apple.

Avec l’accord de mon successeur, je recommande fortement que nous poursuivions nos projets de développement et que nous nommions Tim Cook à la direction d’Apple.

Je suis convaincu que les plus beaux jours d’Apple, toujours plus innovants, sont devant nous. Et j’ai hâte de les vivre et de contribuer au succès de l’entreprise dans un nouveau rôle.

J’ai connu une partie de mes meilleurs amis chez Apple, et je vous remercie tous pour toutes ces années passées à travailler à vos côtés.

Steve.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

les articles similaires :

Un commentaire

  1. Victor Sfez

    Je viens tout juste de lire la lettre de Marilyn adressée a son psychiatre Greenson . Quelle lucidité ,quelle souffrance ! On est loin de la  » ravissante idiote ! » Comme j’aurai su l’écouter mais surtout l’entendre . Marilyn , j’ai bien entendu votre cri mais en ce début de février 1961, je n’avais que 12 ans ! J’avais vu ,au moins deux fois déjà  » LE MILLIARDAIRE  » de Georges Kukor ! ( c’est vrai ! J’ai encore le 33 tour vintage avec sur le recto Marylin cheveux platine et regard d’ange ) ce fut , je crois, j’en suis certain , mes premiers émois .
    En 1965 , alors âge de 16 ans , j’eu l’occasion , grâce a mon père alors Surveillant , ,d’occuper un job d’été a l’ Hôpital Intercommunal De Créteil . Au Service Psychiatrique .En qualité d’aide infirmier . A cette époque , les chambres n’en étaient pas ! C’était des cellules ! Les portes : des portes de prison ! Les murs étaient recouverts d’épaisses tentures molletonnées afin d’éviter aux  » fous  » de se cogner la tête contre les murs !!! Cet univers carcéral , je l’ai connu …du bon cote de la barrière , si j’ose dire … C’est cette lettre de Marilyn qui m’a fait faire ce bon en arrière . Quel choc ! pour ne pas dire électrochoc !! Car , il s’en pratiquait aussi…les camisoles de force ,aujourd’hui remplacée par des camisoles chimiques semblaient tout droit sortir du moyen-âge…Sans vouloir me vanter , ces  » aliénés  » qui m’inspiraient de la peur au début , j’ai fini par les aimer , les écouter et les aider , dans la mesure de mes moyens… Je suis submergé par les souvenirs , l’émotion et la colère aussi ! Oui, j’aurai été ( modestie a part ) un bon auxiliaire dans l’Hôpital ou Marilyn avait été internée !
    Victor Sfez

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.