Lettre de Duke Ellington à Ella Fitzgerald

1

min

Tout le monde t’a adoré, mais personne ne t’a apprécié autant que moi car j’avais la meilleure place.

Duke Ellington (29 avril 1899 – 24 mai 1974)  est, avec Count Basie, le chef d’orchestre jazz le plus réputé au monde. Ses compositions, telles que Caravan ou Chloé, ont su inspirer de nombreux artistes, d’Alfred Hitchcock à Boris Vian. Au cours de sa lumineuse carrière, il croise les plus éminents représentants de son genre musical et se lie d’amitié avec nombre d’entre eux. En 1959, alors qu’il enregistre et se produit en concert avec Ella Fitzgerald, il adresse ce télégramme débordant de tendresse à la diva, vraisemblablement conquis par l’inflexion de sa voix.

A-A+

12 février 1959

Chère Ella,

La nuit dernière fut douce pour moi. Ce soir est plus doux encore pour les enfants chez Kelly. Et demain sera le plus tendre des lendemains puisque je pourrai t’enlacer de nouveau, et t’embrasser, et profiter de ta présence face à des milliers de spectateurs. Tout le monde t’a adoré, mais personne ne t’a apprécié autant que moi car j’avais la meilleure place.

Bonne chance, je t’aime comme un fou.

Duke Ellington

Lettre de Duke Ellington à Ella Fitzgerald : « Tout le monde t’a adoré, mais personne ne t’a apprécié autant que moi car j’avais la meilleure place. »
( http://bit.ly/1UHkR70 ) - (Source image : Duke Ellington during concert break at Jahrhunderhalle in Frankfurt/Germany, on 1965-02-06 © Wikimedia Commons / Helmut Montag, Ella Fitzgerald during a concert on October 17th 1975 in Cologne (Germany), © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Billie Holiday à Tallulah Bankhead : « Et si tu veux la merde, nous pouvons en faire une vraie fête. »

Lettre de Nina Simone à Isabelle Terrin : « Mon problème (à ton avis) est d’aimer trop intensément. »

Lettre d’Albert Einstein à Django Reinhardt : « Nous nous rencontrerons un jour, j’en suis sûr, car rien n’est établi. »

les articles similaires :

  1. horusediteur@gmail.com

    Dans une vie, il y a toujours un retour à l’essentiel : écrire un mot d’amour à Ella Fitzgerald. Ella, elle l’a : la grâce. La classe et l’élégance viennent après. Stevie Wonder* qui a chanté avec elle en 1977 dit ne jamais se souvenir d’une artiste qui a donné autant d’amour et de bonheur. Un diamant noir plein de lumière. Elle a vécu tel un espoir souverain d’un monde meilleur qui s’éloigne, s’éloigne pour retrouver sa place préférée : notre mémoire. Ella est Cole Porter, George Gershwin et Francis Scott Fitzgerald ensemble, au risque de fâcher les puristes d’Ella tout court. Perpétuer l’illusion d’un monde fini : une volupté décadente. Un jour en studio, elle frise l’insolence de chanter Johnny Mercer à sa façon, puis chanter la même chanson du même répertoire chez Harold Arlen, mais différemment. Elle s’amuse à mettre nos émotions en veille, puis nos cœurs à genoux. Ella appartient au Temps perpétuel.
    Alex Caire
    Extrait du « Temps perpétuel »
    Tous droits réservés – Alex Caire -2015
    * We All Love Ella – CD / 2007

  2. Patryck Froissart

    Hélas, la phrase de titre comporte 2 fautes de grammaire:
    Tout le monde t’a adoré, mais personne ne t’a apprécié autant que moi car j’avais la meilleure place.

    * t’a adorée
    * ne t’a appréciée

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.