Lettre de Franz Kafka à Max Brod

1

min

Ce n'était pas un jour exceptionnellement mauvais, il était simplement plus mauvais que le précédent.

Franz Kafka ( 3 juillet 1883 – 3 juin 1924 ) est un écrivain majeur du XXème siècle, auteur d’une oeuvre colossale autant qu’inachevée et inédite de son vivant. Mort précocement des suites de la tuberculose, Franz Kafka est passé à la postérité grâce à l’oeuvre éditoriale de son grand ami Max Brod. De cette amitié atteste une correspondance pléthorique, dont cette dernière missive où Kafka revient sur son état de santé, entre optimisme et fatalisme.

A-A+

20 mai 1924

Très cher Max, ainsi donc voilà le livre, déjà magnifique à voir, jaune vif et rouge avec un peu de noir, très attirant et en plus gratuit, manifestement un cadeau de chez Taubeles – c’est sans doute dans un relent d’ivresse dû à l’alcool – et comme on me fait maintenant une à deux injections par jour et que les ivresses se mélangent, il y a toujours un reste – que, poussé par l’innocence de Dora, je t’ai demandé sans vergogne de me « procurer » ce livre.

J’aurais mieux fait d’utiliser une bonne injection d’alcool pendant ta visite qui me faisait tant plaisir et qui s’est passée de façon si morose, pour être un peu plus proche de l’humain. Pourtant ce n’était pas un jour exceptionnellement mauvais, il ne faut pas que tu croies ça, il était simplement plus mauvais que le précédent, c’est de cette façon que passent le temps et la fièvre. ( Robert essaie maintenant le pyramidon. )

A côté de ces misères il y a bien sur quelques sujets de réjouissance dont il est cependant impossible de parler, à moins que ce soit lors d’une visite comme celle que j’ai gâchée de façon si lamentable.

Porte-toi bien, merci pour tout,

Salue Félix et Oskar

F

( Complément : ) très cordialement aussi de ma part. Merci beaucoup, beaucoup pour le livre. Franz croit que tu as été obligé de le payer parce qu’il y avait dedans une facture avec le nom de la librairie.

( Franz Kafka, Lettres à max Brod, éd. Rivages poche. ) - (Source image : http://fmr-id.com/2010/12/27/milena/)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre au père de Franz Kafka : « C’est comme père que tu étais trop fort pour moi. »

Lettre de Franz Kafka à Felice Bauer : « Ne demande pas pourquoi je tire un trait. Ne m’humilie pas ainsi. »

Lettre de Franz Kafka à Milena Jesenská : « Maintenant la nuit est là. »

les articles similaires :