Lettre de Friedrich Nietzsche à Franz Overbeck

2

min

De nouveau la nuit m'environne.

Friedrich Wilhelm Nietzsche (15 octobre 1844 – 25 août 1900) fut l’un des philosophes les plus décapants et influents du XIXe siècle. Si son visage le plus connu est celui de l’homme brillant qu’il était, il connut également de grands moments de remise en question, traduits par des idées bien sombres… Dans cette lettre qu’il adresse à son ami Franz Overbeck, le père du relativisme broie du noir et semble être bien difficile à réconforter.

A-A+

[10 février 1883]

Cher ami,

L’argent est entre mes mains : et, de nouveau, j’ai pensé à tous les désagréables tracas que je te crée depuis des années. Peut-être y aura-t-il un terme à cela.

Je ne veux pas te le dissimuler, je vais mal. De nouveau la nuit m’environne ; j’ai le sentiment qu’il y aurait eu un éclair — pendant un bref laps de temps, je fus tout à fait dans mon élément et ma lumière. Mais c’est passé. Je crois que je sombre irrémédiablement, à moins qu’il n’arrive quelque chose, je ne sais pas du tout quoi. Peut-être quelqu’un m’emmènera loin de l’Europe — en raison de ma manière physique d’y penser, je me vois maintenant la victime d’une perturbation climatique et terrestre à laquelle l’Europe est exposée. Qu’y puis-je si j’ai un sens de plus et une nouvelle source terrible de souffrances !

Même le simple fait de penser ainsi est déjà un soulagement — je n’ai donc pas à accuser les hommes d’être la cause de ma misère. Bien que je le pourrais ! Et ne l’ai que trop fait ! Tout ce que j’ai évoqué dans mes lettres en t’écrivant c’est qu’accessoire — j’ai à supporter une telle charge de divers souvenirs affreux et torturants ! Ainsi, par exemple, pas un instant n’a quitté mon esprit le fait que ma mère m’a accusé d’être une honte pour la mémoire de mon père ;

Je veux taire d’autres exemples — mais un coup de pistolet m’est désormais une source de réflexions relativement agréables.

Ma vie tout entière s’est décomposée sous mes yeux : cette vie tout à fait lugubre et maintenue cachée, qui fait un pas en avant tous les six ans et ne veut en fait pas aller plus loin que le ce pas-là, tandis que tout le reste, toutes mes relations avec les gens ont affaire à un masque que je porte, et tandis que je dois continûment être la victime du fait de mener une vie complètement dissimulée. J’ai toujours été exposé aux pires avatars — ou plutôt, c’est moi qui ai fait de tous les hasards des atrocités.

Ce livre, à propos duquel je t’ai écrit, une oeuvre faite en dix jours, me semble être aujourd’hui une sorte de testament. Il donne, de la manière la plus aigüe, un portrait de mon être tel qu’il sera dès que je me serai un jour débarrassé de tout ce qui me pèse. Il s’agit d’une composition poétique et non d’un recueil d’aphorismes.

Je crains d’aller à Rome, et je n’arrive pas à me décider. Qui sait quelle tortures m’y attendent ! Je me suis donc mis à être mon propre copiste.

Que puis-je faire sous un tel ciel, avec un temps si changeant ! Ah quelle angoisse ! Et pourtant je sais qu’être au bord de la mer est encore, relativement, ce qui « me convient le mieux » !

En te remerciant du fond du coeur, et en te souhaitant, à toi et à ta chère épouse, le meilleur.

FN.

product_9782070339174_195x320

( Nietzsche, Lettres choisies, Folio classique ) - (Source image : Friedrich Nietzsche, Unknown, August 25, 1869 ; 13 May 2014, http://ora-web.swkk.de/nie_brief_online/nietzsche.digitalisate?id=234&nr=1, © Wikimedia Commons / Franz Overbeck, Atelier Louis Zipfel, H.-P. Eberlein, Flamme bin ich sicherlich, Köln, 1999, p. 152, © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Friedrich Nietzsche à Carl von Gersdorff : « Je pars demain matin pour le vaste, vaste monde. »

Lettre de Friedrich Nietzsche à Lou Andréas Salomé : « L’amour est pour les hommes quelque chose de tout à fait différent de ce qu’entendent les femmes »

Lettre de Friedrich Nietzsche à Paul Rée : « Elle est une parfaite calamité — et j’en suis la victime. »

les articles similaires :