Lettre de Gérard de Nerval à Jenny Colon

2

min

Jamais je n'ai jamais été si convaincu de cette vérité, que mon amour pour vous est ma religion.

Le 22 mai 1908 naissait le maître des chimères, Gérard de Nerval. En 1837, le poète participe à la création, à l’Opéra-Comique, de Piquillo. L’actrice et chanteuse lyrique Jenny Colon y tient le premier rôle ; le jeune homme s’éprend aussitôt de la comédienne, bien que cet amour ne trouve pas sa réciproque. Certains critiques nervaliens considèrent que le poète aurait voué un culte idolâtre à Jenny Colon, y compris après la mort de celle-ci (en 1842, à 33 ans). Jenny serait à la fois la figure de la Mère perdue et de la Femme idéale, dans un syncrétisme très caractéristique de la pensée de l’auteur des Filles du feu. Variation épistolaire sur le thème de l’amour courtois, idéal et inaccessible à la fois…

A-A+

s.d.

Je vous réponds bien vite pour que vous ne me croyiez pas mécontent ou découragé. Oh ! Comme vous connaissez bien votre pouvoir sur moi ! Comme vous en usez et abusez sans pitié ! Moi, je ris à travers mes larmes, je ris par un suprême effort de courage, comme l’Indien qu’on brûle, comme le martyr qu’on tenaille ; je suis content de moi, je me trouve sublime et j’excite ma propre admiration.

Jamais je n’ai été si convaincu de cette vérité, que mon amour pour vous est ma religion. Les solitaires de la Thébaïde avaient comme moi des nuits affreuses ; ils se tordaient comme moi sous des désirs impitoyables et ils offraient leurs souffrances en holocaustes à l’Éternel ; mais c’étaient des gens qui vivaient d’eau et de racines ; c’étaient peut-être aussi des tempéraments paisibles et non de ces natures nerveuses, où la passion n’a pas moins de prise que  la douleur. Oh ! vous êtes bien calme et bien tranquille, vous !

Vous me parlez de fidélité sans récompense comme à un chevalier du Moyen Âge, chevauchant à quelque entreprise dans sa froide armure de fer. J’ai bien un peu de ce sang-là dans les veines, moi, pauvre et obscur descendant d’un châtelain du Périgord ; mais les temps sont bien changés, et les femmes aussi ! Gardez-nous la fidélité des anciens temps et nous nous résignerons peut-être à faire de même. Mais, en vérité, ce serait là bien du temps et du bonheur perdus !

Voyez-vous, je vous parle en riant ; mais je tremble que votre lettre ne soit pas tout à fait sérieuse. Il y a toujours quelque niaiserie à trop respecter les femmes et elles prennent souvent avantage d’une trop grande délicatesse pour exiger des sacrifices dont elles se raillent en secret. Oh ! je suis bien loin de vous croire coquette ou perfide ! mais cette pensée… sacrifié !…

( André Maison, Anthologie de la correspondance française. Tome VI : 1803-1823, Éd. Rencontre, 1969. ) - (Source image : Nerval par Félix Nadar © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :