Lettre de Gérard Depardieu à Isabelle Adjani

3

min

Il me faut cette violence, cette déflagration, je m'éclate, je m'émiette.

À l’écran comme à la vie, Isabelle Adjani et Gérard Depardieu semblent unis par un lien qui les dépassent totalement. Dans cette lettre, l’acteur revient non seulement sur les prémices du chef-d’oeuvre réalisé par Bruno Nuytten, Camille Claudel, mais également sur l’essence du rôle de l’acteur. Plus qu’un simple métier, l’incarnation d’un personnage hante, bouleverse et manipule celui qui lui a prêté son enveloppe charnelle pour finalement l’abandonner et lui laisser pour seule sensation, le « vide ».

A-A+

1988

Ma chère Isabelle,

J’ai rasé ma barbe ce matin. Maintenant, il faut que je maigrisse. Tu vois, Rodin s’éloigne… Au sens propre, je me désincarne. Je me sens vide, vidé. Dans cet état de désoeuvrement, d’entre-deux rôles, je risque tout. Je m’accroche à l’idée de perdre du poids, d’être prêt pour le prochain film. Rodin s’est défendu pied à pied, pendant plusieurs jours, avant de vaciller sur son socle. Je vacille…

Comme ces chevaliers du Moyen Âge roulant sous la table le soir d’un tournoi, j’ai besoin d’une ripaille flamboyante, d’une cuite salvatrice. Il me faut cette violence, cette déflagration, je m’éclate, je m’émiette. Oui, c’est le mot, je m’émiette.

Toi, Isabelle, tu es une guerrière, toujours en éveil, prête à recevoir l’ennemi. Tu as régné sur le tournage de Camille Claudel. Tu portais depuis longtemps ce film en toi. Je tournais encore Sous le soleil de Satan quand tu es venue m’en parler pour la première fois. Tu es entrée sans prévenir dans cette auberge d’un autre temps. Il émanait de toi quelque chose de surnaturel, d’impalpable, une sorte d’énergie spirituelle. On devinait en toi une énergie farouche, indomptable, presque anthropophage ! Tu étais venue derrière tes grandes lunettes noires me proposer d’être Rodin. À ce moment, le compteur de la ville de Montreuil a explosé ! Nous avons continué notre conversation à la bougie. C’était une rencontre magique. Notre deuxième rencontre.

J’ai envie d’avoir ta force, Isabelle, de te ressembler, si forte malgré tes attaches fines. Tu es une femme préhistorique, riche de ses grands instincts quand l’homme amputé, coupé de son animalité est un bipède moribond, malade de l’humanité. Si Rodin a pu vivre, sculpter, c’est en s’alimentant des forces vives de Camille, ne lui laissant en partage de leur passion que la folie, un amour épuisé.

Tu vois Isabelle, j’ai rasé ma barbe ce matin, et j’ai du mal à m’en remettre.

( Gérard Depardieu, Les lettres volées, Lattès, 1988 ) - (Source image : http://bit.ly/294ghOs)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

les articles similaires :