Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet

2

min

La Beauté deviendra peut-être un sentiment inutile à l'humanité.

Gustave Flaubert a marqué la littérature française par son style indépassable, par son souci exacerbé du réalisme et par son regard lucide sur les comportements des individus et de la société. La force de son style dans Madame Bovary est incontestable. C’est en 1851 qu’il commence la rédaction du roman, elle ne prendra fin que 5 ans après. Dans cette lettre, Gustave Flaubert explique ce qu’il appelle son « mysticisme esthétique ».

A-A+

4 septembre 1852

[…] Pauvre chère femme, comme je t’aime ! Pourquoi t’es-tu blessée d’une phrase qui était au contraire l’expression du plus solide amour qu’un être humain puisse porter à un autre ? Ô femme ! femme, sois-le donc moins, ne le sois qu’au lit ! Est-ce que ton corps ne m’enflamme pas, quand j’y suis ? Ne m’as-tu pas vu te contempler, tout béant, et passer mes mains avec délices sur ta peau ? Ton image, en souvenir, m’agite ; et si je ne te rêve pas plus souvent, c’est qu’on ne rêve pas ce qu’on désire. – Hume bien l’air des bois cette semaine, et regarde les feuilles pour elles-mêmes. Pour comprendre la nature, il faut être calme, comme elle.

Ne nous lamentons sur rien. – Se plaindre de tout ce qui nous afflige et nous irrite, c’est se plaindre de la constitution même de l’existence. Nous sommes faits pour la peindre, nous autres, et rien de plus. – Soyons religieux. Moi, tout ce qui m’arrive de fâcheux, en grand ou petit, fait que je me resserre de plus en plus à mon éternel souci. Je m’y cramponne à deux et je ferme les deux yeux. A force d’appeler la Grâce, elle vient. – Dieu a pitié des simples. – Et le soleil brille toujours pour les coeurs vigoureux qui se placent au-dessus des montagnes.

Je tourne à une espèce de mysticisme esthétique (si les deux mots peuvent aller ensemble), et je voudrais qu’il fût plus fort. – Quand aucun encouragement ne vous vient des autres, quand le monde extérieur vous dégoûte, vous alanguit, vous corrompt, vous abrutit, les gens honnêtes et délicats sont forcés de chercher en eux-mêmes quelque part un lieu plus proche pour y vivre. – Si la société continue comme elle va, nous reverrons, je crois, des mystiques, comme il y en a eu à toutes les époques sombres. Ne pouvant s’épancher, l’âme se concentrera. Le temps n’est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde, l’attente d’un Messie ? Mais la base théologique manquant, où sera maintenant le point d’appui de cet enthousiasme qui s’ignore ? Les uns le chercheront dans la chair, d’autres dans les vieilles religions, d’autres dans l’art ; et l’humanité, comme la tribu juive dans le désert, va adorer toutes sortes d’idoles. – Nous sommes, nous autres, venus un peu trop tôt. Dans vingt-cinq ans, le point d’intersection sera superbe. – Aux mains d’un maître, alors, la prose (la prose surtout, forme plus jeune) pourra jouer une symphonie humanitaire formidable. Les livres comme le Satyricon et L’Âne d’or peuvent revenir, et ayant en débordements psychiques tout ce que ceux-là ont eu de débordements sensuels.

Voilà ce que tous les socialistes du monde n’ont pas voulu voir, avec leur éternelle prédication matérialiste. Ils ont nié la Douleur, ils ont blasphémé les trois quarts de la poésie moderne, le sang du christ qui se remue en nous. – Rien ne l’extirpera, rien ne la tarira. Il ne s’agit pas la dessécher, mais de lui faire des ruisseaux. Si le sentiment de l’insuffisance humaine, du néant de la vie venait à périr (ce qui serait la conséquence de leur hypothèse), nous serions plus bêtes que les oiseaux, qui au moins perchent sur les arbres. – L’âme dort, maintenant, ivre de paroles entendues. Mais elle aura un réveil frénétique où elle se livrera à des joies d’affranchi, car elle n’aura plus autour d’elle rien pour la gêner, ni gouvernement, ni religion, pas une formule quelconque. Les républicains de toute nuance me paraissent les pédagogues les plus sauvages du monde, eux qui rêvent des organisations, des législations, une société comme un couvent. Je crois au contraire que les règles de tout s’en vont, que les barrières se renversent, que la terre se nivelle. Cette grande confusion amènera peut-être la Liberté. – L’art, qui devance toujours, a du moins suivi cette marche. Quelle est la poétique qui soit debout maintenant ? La plastique même devient de plus en plus presque impossible, avec nos langues circonscrites et précises et nos idées vagues, mêlées, insaisissables. – Tout ce que nous pouvons faire, c’est donc, à force d’habileté, de serrer plus raide les cordes de la guitare tant de fois raclées, et d’être surtout des virtuoses, puisque la naïveté à notre époque est une chimère. Avec cela le pittoresque s’en va presque du monde. La Poésie ne mourra pas, cependant. – Mais quelle sera celle des choses de l’avenir ? Je ne la vois guère. Qui sait ? La Beauté deviendra peut-être un sentiment inutile à l’humanité. Et l’art sera quelque chose qui tiendra le milieu entre l’algèbre et la musique ? […]

Adieu, je t’embrasse, tout à toi, partout.

G.

( https://books.google.fr/books?id=osTeAgAAQBAJ&pg=PA510&lpg=PA510&dq=Pauvre+chère+femme,+comme+je+t%27aime+!+Pourquoi+t%27es-tu+blessée+d%27une+phrase+qui+était+au+contraire+l%27expression+du+plus+solide+amour+qu%27un+être+humain+puisse+porter+à+un+autre+?&source=bl&ots=x-SFRUrR5v&sig=cpPR1iEjhhQocY-vgxUWr8J8hM4&hl=fr&sa=X&ei=VWv0VMXmD8LxUsqigfAJ&ved=0CCQQ6AEwAA#v=onepage&q=Pauvre%20chère%20femme%2C%20comme%20je%20t'aime%20!%20Pourquoi%20t'es-tu%20blessée%20d'une%20phrase%20qui%20était%20au%20contraire%20l'expression%20du%20plus%20solide%20amour%20qu'un%20être%20humain%20puisse%20porter%20à%20un%20autre%20%3F&f=false )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet : « J’ai l’honneur de vous saluer. »

Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet : « J’aime les œuvres qui sentent la sueur. »

Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet : « Je t’aime avec tout ce qui me reste de cœur, avec les lambeaux que j’en ai gardés. »

les articles similaires :