Lettre de Harry Houdini à Janus Headquarters

3

min

J’ai peur de ne pas pouvoir être capable de le faire plus longtemps.

Harry Houdini est sûrement l’un des plus grands prestidigitateurs du début du XXème siècle. Sa notoriété, il l’a gagnée à son mérite, celui d’un homme prêt à tout pour son art. Ici, le magicien souhaite mettre fin à ses spectacles pour se concentrer uniquement à sa passion : la magie.

A-A+

1904

À propos de : La mission Fumée et miroirs

Je suis navré de vous apprendre que ma mission dans l’ancienne maison de Benjamin Franklin au 36, Craven Street à Londres a été un échec. Comme la maison est aujourd’hui un hôtel, je n’ai pas pu explorer le bâtiment en entier. Même si j’ai utilisé mes talents de magicien pour accéder à plusieurs pièces, ma mission a été abrégée lorsque j’ai interrompu un monsieur qui faisait une sieste. Ses cris ont alerté le personnel de l’hôtel de ma présence et j’ai du disparaître. Je suis découragé par ce récent échec. Je commence à me dire que cette quête ne mène nulle part et que cela devient trop dangereux pour moi de continuer.

Je suis aussi inquiet que quelqu’un ait compris que ma performance de The mirror escape au Théâtre de l’Hippodrome, juste à côté, n’était qu’une couverture. Je dis cela parce que pour ce tour en particulier, j’ai été défié par un journaliste de Londres de me libérer d’une paire de menottes spéciales fabriquées par un forgeron anglais. Je n’e m’en suis pas trop inquiété jusqu’au soir de la représentation, où on m’a présenté une paire de menottes qui ne ressemblait à aucune que j’avais pu voir auparavant, fabriquées dans un métal différent de tous ceux auxquels j’avais été confronté jusqu’alors.

Après m’être débattu pendant environ une heure, ma femme est venue en coulisse pour m’embrasser. Les spectateurs n’ont pas pu le voir mais à ce moment précis, elle m’a donné la clé. Même avec elle, j’ai du trifouiller la serrure derrière la rideau pendant 15 minutes encore pour me libérer. Comme tout cela a pris trop de temps, j’ai du sauter au travers de la trappe des coulisses, courir dans les artères souterraines de la maison et bâcler mes recherches.

Bien que mon évasion n’ait prit que peu de temps, je suis retourné à ma place au théâtre juste à temps — les spectateurs commençaient à s’impatienter et à douter de mes talents.

Il est triste pour moi de devoir avouer que ces tours commencent à trop interférer avec mon travail en tant qu’artiste.  J’ai peur de ne pas pouvoir être capable de le faire plus longtemps. Prévenez-moi s’il est possible que je fasse une pause dans la réalisation des missions secrètes  pour pouvoir  me concentrer sur mes tours et mes échappées.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :