Lettre de Jackson Pollock à son frère Charles

3

min

Je sens que je serai un jour un artiste d’une sorte ou d’une autre.

Jackson Pollock (28 janvier 1912 – 11 août 1956), grand peintre américain abstrait, a eu une influence considérable sur l’évolution de l’art contemporain au XXème siècle avec des œuvres admirables telles qu’Autumn Rhythm (Number 30). A travers une carrière prolifique au cours de laquelle il réalisa plus de 700 œuvres, il est notamment à l’origine du « all over » et du « dripping », autant de nouvelles techniques artistiques novatrices. Dans cette lettre adressée à son frère, Jackson Pollock, qui n’était encore qu’un jeune étudiant de 18 ans, fait part de ses doutes et de ses aspirations au sujet des prémisses de son art.

A-A+

31 Janvier 1930

Cher Charles,

Je fais continuellement de nouvelles expériences et je traverse une période d’évolution hésitante qui me laisse dans un état d’esprit plutôt flottant. Je suis aussi un peu paresseux et négligent sur ma correspondance et m’excuse de faire si peu cas de ton aide, mais dorénavant tu recevras plus d’attention de ma part et des réponses plus rapides à tes lettres. Les miennes sont sans conteste égocentriques, c’est que je me préoccupe surtout de moi en ce moment. Je suppose que mère t’envoie les nouvelles de la famille.

L’école est toujours aussi rasoir, mais comme je suis le règlement et le rythme de la cloche, je n’ai pas eu d’ennuis ces derniers temps. Ce trimestre, je n’y vais qu’à mi-temps et je consacre le reste de la journée à lire et travailler à la maison. Je suis sûr que j’arriverai à faire beaucoup plus de choses comme cela. A l’école, je suis les cours de dessin d’après modèle vivant et de modelage. J’ai commencé un truc en glaise qui m’a valu les encouragements de mon prof. Mon dessin, à dire vrai, ne vaut rien, il manque de liberté, de rythme, il est froid et sans vie. Ca ne vaut pas les timbres pour te les montrer. Je devrais faire des progrès dans quelque temps, et si ça arrive, je t’en enverrai à ce moment-là. La vérité, c’est que je ne me suis jamais mis au travail à fond, assez à fond pour finir une pièce. Généralement, en cours de route, le dessin me dégoûte et je laisse tomber. L’aquarelle, j’aime bien, mais je n’y ai jamais beaucoup travaillé. Je sens que je serai un jour un artiste d’une sorte ou d’une autre, mais je n’ai encore jamais démontré, que ce soit à moi-même ou aux autres, que j’avais en moi le potentiel pour y parvenir.

La partie soi-disant heureuse de la vie, la jeunesse, est pour moi une espèce d’enfer. Si je pouvais saisir quelque chose de la personne que je suis et de la vie, alors, peut-être trouverais-je un but. Mon esprit plein d’illusions s’enflamme durant quelques semaines, puis tout d’un coup, tout est réduit à néant. Plus je lis, plus je pense ce que je pense, et plus tout devient sombre. Je m’intéresse encore à la théosophie et j’étudie un livre intitulé Light on the Path. Tout ce qu’il dit me semble contraire à l’essence même de la vie moderne mais une fois bien compris et mis en application, je pense qu’il peut être un ouvrage utile. J’aimerais bien que tu te le procures et que tu me dises ce que tu en penses. Il ne coûte que 30 cents. Si tu ne le trouves pas, je te l’enverrai.

Nous avons constitué un petit groupe et avons trouvé un four pour cuire nos pièces. On donnera un peu d’argent au propriétaire pour la cuisson et l’émaillage. Ce sera peut-être l’occasion pour nous de nous faire de l’argent de poche pour acheter des livres.

J’espère que tu te sentiras libre dans tes critiques, que tu me donneras des conseils et une liste de livres à lire. Je ne rêve plus autant et peut-être que ça me fait du bien.

J’ai rencontré Geritz à une conférence sur la gravure sur bois, il m’a demandé de tes nouvelles et te passe le bonjour.

Le type dont tu m’as parlé qui devait venir n’est toujours pas arrivé.

Jack

( Le Roy Pollock & ses fils - Lettres américains, Grasset ) - (Source image : Flcikr)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre du père de Jackson Pollock, LeRoy, à son fils âgé de 16 ans : « Plus tu apprendras de choses, plus tu seras capable de les apprécier et de prendre la pleine mesure de la joie et du bonheur de l’existence. »

Lettre de Mark Rothko et Adolph Gottlieb à Alden Jewell : « Et en art, comme dans le mariage, l’absence de consommation est un motif d’annulation. »

Lettre de Mark Rothko à Clay Spohn : « Je commence à haïr la vie de peintre. »

les articles similaires :

  1. Réj Rosiers

    Je continue
    Je construis mon expérience
    Quand je traverse tout ce que j’hésite
    J’insiste pour la révolution
    L’évolution flottante de mes pensées
    La lenteur me transperce
    Mais je ne peux m’excuser
    Les mots tombent en taches
    En traces
    J’étire chaque mouvement
    Je retiens chaque attention
    Pour le rediriger
    Le commettre
    L’archiver
    Un grand héron passe
    Je m’ennuie déjà de se qui arrive
    Je devance l’action
    Pour démontrer le nombre de tout
    L’ombre qui se dissimule
    La vie qui passe
    La vérité
    C’est rien
    C’est de faire
    En ne regardant pas par derrière
    L’essence de la vie
    Se sont des paroles
    Des taches qui s’assument et qui ne disent pendant le jour
    Et qui se disent aussi et pendant la nuit
    La traduction c’est un rêve qui n’en fini plus
    Je continue à construire ma vie
    Une place à la fois
    Une trace par lois
    Une vache au loin

    Réjean Desrosiers © 2015 08 12 ☮ 001

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.