Lettre de Jacques Mesrine à Jocelyne Deraiche

1

min

Je ne t'ai jamais oubliée. J'ai voulu le faire. J'ai triché avec moi-même...

Connu pour ses braquages et ses évasions à répétition, Jacques Mesrine (28 décembre 1936 – 2 novembre 1979)  fut longtemps l’ « Ennemi public n°1 » français. Surnommé « L’homme aux mille visages», il surprend dans cette lettre envoyée de prison à son ex compagne Jocelyne Deraiche, dite Joyce, par sa tendresse. Un grand amoureux insoupçonné !

A-A+

Samedi 7 mai 1977

Joyce… mon amour,

Qu’il est doux à mon coeur de pouvoir le dire « mon amour ». Oui petite larme bien malgré moi… Je ne t’ai jamais oubliée. J’ai voulu le faire. J’ai triché avec moi-même… J’ai triché sur mon livre en parlant de nous. Je n’ai pas voulu gueuler que je t’aimais plus que « ma vie » pour ne pas vexer jamais… mais au moment où au pied du mur, elle m’a demandez [sic] « quand je l’épouserai » je n’ai pas pu tricher. Car c’est toi que j’aime depuis quatre ans. Je m’en défends… mais je n’ai pas cessé de penser à toi. Je t’ai haï [sic]… par trop d’amour. Il m’a fallu quatre ans pour soigner la blessure d’orgueil… pour relaisser parler mon coeur. Oui Joyce chérie, je t’ai adorée.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Jacques Mesrine à Pierre Desproges : « Passons aux choses sérieuses. »

Lettre de Jack l’Éventreur : « Je n’arrêterai pas de les éventrer. »

Lettre du tueur du Zodiac intitulée « La Confession » : « Faites attention… Je traque vos filles maintenant. »

les articles similaires :