Lettre de James Joyce à Nora Barnacle

1

min

Tu es toujours ma fleur bleu-nuit inondée de pluie.

De très nombreux sites Internet situent la mort de James Joyce le 27 février 1941, alors qu’il est mort le 13 janvier de la même année à Zurich : dernier pied de nez de l’auteur d’Ulysse à l’humanité virtuelle ? L’Irlandais Joyce oscille dans ses lettres à Nora, du sacré et des serments éternels aux aveux les plus impudiques, de l’adoration religieuse à l’obscénité. En 1909 Joyce a 27 ans lorsqu’il écrit ces extraits d’une lettre par ailleurs torride. Notons que la Fondation La Poste a soutenu nombre de lectures publiques et manifestations culturelles, ces dernières années, autour de cette correspondance mythique.

A-A+

Décembre 1909, 44 Fontenoy Street, Dublin.

Ma chérie. Je devrais commencer par te demander pardon, peut-être, pour la lettre que je t’ai écrite hier soir. Tandis que je l’écrivais, ta lettre était devant moi et mes yeux étaient fixés, comme ils le sont maintenant encore, sur un certain mot. Il y a quelque chose d’obscène et de lubrique dans l’aspect même des lettres.

Tout à côté et à l’intérieur de cet amour spirituel que j’ai pour toi, existe aussi un désir sauvage, bestial, de chaque pouce de ton corps, de chacune de ses parties secrètes et honteuses, de chacune de ses odeurs et de ses actions. Mon amour pour toi me permet de prier l’esprit de la beauté et de la tendresse éternelles reflété dans tes yeux ou de te jeter sous moi.
Il me permet d’éclater en sanglots de pitié et d’amour pour une parole à peine, de trembler d’amour pour toi en entendant tel accord ou telle cadence musicale, ou bien d’être couché avec toi . Je t’ai appris à presque te pâmer en écoutant ma voix chanter ou murmurer à ton âme la passion, la peine et le mystère de la vie.

Tu es à moi, ma chérie, à moi ! Je t’aime.

Nora ma chérie fidèle, ma petite canaille d’écolière aux yeux doux, tu es toujours ma splendide fleur sauvage des haies, ma fleur bleu-nuit inondée de pluie.

Jim.Untitled

l’écriture de Joyce

Untitled
( James Joyce, Lettres à Nora, traduit de l'anglais par André Topia, Payot et Rivages, « Rivages Poche », 2012. )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :