Lettre de Jean Moulin à sa soeur et sa mère

2

min

Si simple de faire son devoir quand on est en danger.

Le 8 juillet 1943, décédait Jean Moulin, après son arrestation par la Gestapo, dans le train qui devait l’amener dans un camp nazi. Ancien Directeur du Conseil National de la Résistance, figure exemplaire dans ces années troubles, ses cendres reposent au Panthéon depuis 1964. Cette lettre à sa maman et sa soeur témoigne de la rectitude et de l’intégrité de cet homme hors pair.

A-A+

15 juin 1940

Bien chère maman,

Bien chère Laure,

Je vous ai peu donné de mes nouvelles ces derniers jours, La faute en est aux événements tragiques que j’ai vécus. J’ai vu bien des misères humaines. Mon réconfort a été de voir bien des dévouements obscurs, des dévouements que tout le monde ignorera toujours, hormis quelques spectateurs.

Mon pauvre département est mutilé et saignant de toutes parts. Rien n’a épargné la population civile.

Quand vous recevrez cette lettre, j’aurai sans doute rempli mon dernier devoir. Sur ordre du gouvernement, j’aurai reçu les Allemands au chef-lieu de mon département et je serai prisonnier. Je suis sûr de notre victoire prochaine grâce à un sursaut d’indignation du monde et à l’héroïsme de nos soldats (qui valent mieux souvent que l’usage qu’on en fait) viendra me délivrer.

Je ne savais pas que c’était si simple de faire son devoir quand on est en danger.

Si, par hasard, je ne revenais pas de cette aventure, je voudrais que vous réalisiez un souhait que je formule de tout mon cœur. Je voudrais que Laure adoptât un jeune orphelin parmi les réfugiés français. Ce serait pour moi un prolongement.

Je sais que vous le ferez. Je suis en parfaite santé, malgré les fatigues des derniers jours.

Je pense à vous de tout mon cœur.

Jean

PS – Si les Allemands – ils sont capables de tout – me faisaient dire des choses contraires à l’honneur, vous savez que cela n’est pas vrai.

moulin

 

Portez les beaux mots de nos écrivains partout où vous allez grâce à la nouvelle

boutique DesLettres 

FullSizeRender
Lettre de Jean Moulin à sa soeur et sa mère : « C’est si simple de faire son devoir quand on est en danger. »
( Jean Moulin, Premier combat, Ed. de minuit, 1947. ) - (Source image : Première de couverture de Jean Moulin, Premier combat, Ed. de minuit, 1947. )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Stephane Hessel à son petit-fils : « Pardonne-moi : j’aurais dû résister. »

Lettre d’Elie Wiesel à Maître Jakubowicz : « Une justice sans mémoire est une justice incomplète, fausse et injuste. »

Lettre de Gandhi à Hitler : « Au nom de l’humanité. »

les articles similaires :

8 commentaires

  1. Krystie-Ann Caron

    Jean Moulin toujours été mon HÉROS….À 15 ans,je le connaissais et je l’admirais tant.
    Son intégrité,sa force ,son courage sont EXEMPLAIRES.
    Voici,une trentaine d’années,lors de mon voyage en France,je me suis rendue à Lyon,au Musée de la Résistance, Toutes ces plaques de résistants sur le mur…ce fut pour moi un Pèlerinage…
    Tous ces hommes et toutes ces femmes,avec Jean Moulin ,qui ont donné leurs vies pour
    la LIBERTÉ ….SONT POUR MOI DES ANGES….

  2. Krystie-Ann Caron

    Jean Moulin a toujours été mon HÉROS.SA force,son intégrité son courage sont EXEMPLAIRES.
    IL A DONNÉ SA VIE POUR LA LIBERTÉ.
    POUR MOI, IL EST MAINTENANT UN ANGE…

  3. Mircea

    La lettre date de 1940 et pas de 1941 comme c’est indiqué . Le 15 juin. Il parle de la bataille de France. Pas de la résistance francaise. Attention à cette erreur de date qui fausse la comprehension du texte.

  4. Christiane Boitte Épse Botilde

    Comme beaucoup d’autres vous, Jean Moulin, a toujours été depuis ma tendre jeunesse mon héros absolu. Ayant également eu dans ma famille des proches qui ont également accompli leur devoir, comme dit si bien Jean, j’ai toujours été particulièrement sensible à ce qui est publié sur la vie, les combats et le sacrifice suprême de cet homme. Il ne fut pas le seul car comme il le dit si bien, on voit des comportements épouvantables mais aussi tant de beaux actes gratuits, tant de générosité, tant d’héroïsme et ce dans la plus grande discrétion. Mon papa disait toujours que, dans la vie, il fallait faire son devoir et se taire. C’est bien vrai. Je crois que notre époque est particulièrement apte à vivre pleinement cette valeur éternelle. Je crois moi aussi qu’ils et elles sont tous et toutes des anges qui veillent sur tous les gens de bonne volonté en ce monde.

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.